Accueil Pandora Papers

Pandora Papers: Bernard de Laguiche démissionne de tous ses mandats liés à Solvay

Le chef de file des héritiers de la dynastie Solvay quitte les instances de la multinationale belge. Sa démission est intervenue quelques jours après les premières questions sur les Pandora Papers que nous lui avons envoyées.

Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 2 min

Mardi matin, dans le cadre des Pandora Papers, Le Soir, Knack, De Tijd et le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) révélaient que plusieurs centaines de milliers d’actions de la société cotée Solvay ont été cachées dans des sociétés offshore, en bidouillant au passage le registre des assemblées générales. Ces actions étaient détenues, en réalité, par plusieurs descendants des fondateurs de l’entreprise, en particulier Bernard de Laguiche, arrière-arrière-petit-fils d’Alfred Solvay.

M. de Laguiche dirigeait la société Solvac, qui regroupe plus de 2.300 héritiers de la dynastie Solvay et qui détient aujourd’hui plus de 30 % des actions de la multinationale. Il a également été directeur financier de Solvay, entre 2006 et 2013, et siégeait encore au conseil d’administration du géant de la chimie. Mais il apparaît que l’homme vient de démissionner de tous ses mandats. « Effectivement, j’ai présenté ma démission des conseils d’administration de Solvay et Solvac pour des raisons strictement personnelles. Pour ce qui est des modalités, je vous invite à vous adresser directement aux sociétés concernées », confirme Bernard de Laguiche, ce mercredi matin.

Sa démission a été actée le 24 septembre dernier par le conseil d’administration de Solvay, alors que son mandat avait pourtant été renouvelé en mai dernier. Du côté de Solvac, la démission de son poste d’administrateur-délégué a été actée le 27 septembre dernier.

Même si personne ne souhaite commenter cette démission, elle semble clairement liée aux Pandora Papers. L’ICIJ avait contacté le 2 septembre dernier M. de Laguiche avec une liste de questions sur ses participations offshore. Une première réponse nous est parvenue le 17 septembre, et plusieurs échanges ont suivi. Lors de sa double démission, il savait dès lors qu’une enquête le concernant était sur le point d’être publiée.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Drumberg Benoit, jeudi 7 octobre 2021, 0:00

    Je profite du seul article ouvert à commentaire concernant les pandora papers pour exprimer le profond dégoût d'une large frange de la population concernant ces bourgeois nantis, rupins, fraudeurs fiscaux et bien souvent anoblis et qui rechignent à contribuer équitablement au fonctionnement de la société. En cette période où nos gouvernements cherchent des milliards, la population ne comprendrait pas qu'ils s'en sortent une fois de plus avec une transaction minable à leur image .

  • Posté par Monsieur Alain, mercredi 6 octobre 2021, 18:25

    Bon, il est à nouveau question de prendre date. Les infractions pénales à retenir pourraient être : abus de biens sociaux, faux, usage de faux, blanchiment, fraude fiscale, etc.... Pourtant, face à l'effectif très maigrichon des enquêteurs financiers disponibles à la police fédérale, nous trouverons la crème des bureaux d'avocats financiers et des experts fiscaux lesquels multiplieront les recours, les demandes de devoirs complémentaires, les demandes expertises si bien que d'ici une dizaine d'année l'affaires sera prescrite ou - à tout le moins - au-delà du délai raisonnable dépassé.

  • Posté par lambert viviane, mercredi 6 octobre 2021, 16:28

    Il démissionne, bien. Il compte rembourser ?

  • Posté par Raurif Michel, mercredi 6 octobre 2021, 14:53

    En se " démissionnant " de ses fonctions, le sieur acquiert une nouvelle virginité !!!

Sur le même sujet

Aussi en Pandora Papers

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs