Accueil Le direct Le direct économie

Visite du roi Philippe au sein de la société de transport H.Essers à Genk

Le roi Philippe a rendu visite mercredi matin à l'entreprise de transport H. Essers à Genk. Il y a montré un grand intérêt pour le recrutement et la formation du personnel. Le souverain s'est rendu dans le Limbourg en prélude à sa visite au Danemark fin octobre, où l'entreprise belge a également une filiale.
Temps de lecture: 2 min

L'un des objectifs de la mission du Roi dans ce pays est de découvrir pourquoi une plus grande proportion de la population active y est employée.

Comme de nombreuses autres entreprises belges, Essers éprouve de plus en plus de difficultés à trouver du personnel adéquat. Actuellement, quelque 350 postes vacants sont de plus en plus difficiles à pourvoir en raison de la "guerre des talents".

"Nous prenons toutes sortes d'initiatives pour attirer davantage de collaborateurs", a pourtant assuré le CEO Gert Bervoets, évoquant différents programmes de formation au sein de l'entreprise. "Nous recherchons des personnes qui n'ont aucune connaissance de la chaîne d'approvisionnement et que nous pouvons former nous-mêmes, qui viennent d'autres secteurs ou qui sont inactives en raison d'une maladie de longue durée. Pour eux, nous développons un système flexible pour les faire entrer dans le monde du travail. Mais nous nous intéressons également aux demandeurs d'asile à qui nous essayons d'enseigner la langue et la logistique par le biais de formations linguistiques".

Au Danemark, le taux d'activité, c'est-à-dire le pourcentage d'actifs et de demandeurs d'emploi dans la population en âge de travailler, est beaucoup plus élevé qu'en Belgique. "Le Danemark est au-dessus de 80%. La Belgique (69,3%, NDLR) et certainement Genk (60,7%) sont beaucoup plus bas. En ce qui concerne les personnes peu qualifiées de Genk, nous n'en sommes qu'à 40%. C'est un drame", a alerté le patron limbourgeois.

Après le discours de la direction, le roi Philippe a également pris le temps de s'entretenir avec les personnes qui suivent les différents programmes de formation d'Essers. Il s'est adressé, par exemple, à un groupe de demandeurs d'asile originaires d'Afghanistan et du Soudan, qui venaient de commencer leur formation de conducteur de chariot élévateur à fourche.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Direct économie

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs