Accueil Pandora Papers

Pandora Papers: le financement offshore du Standard

Confronté au refus des banques de lui prêter de l’argent, le club liégeois s’est tourné, en 2018, vers un fonds luxembourgeois pour lui avancer 4,6 millions d’euros. Une partie de cette somme vient en réalité d’une société écran des îles Samoa, derrière laquelle se trouve une famille pakistanaise en délicatesse avec le fisc.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 6 min

Une « petite phrase ». Même les histoires les plus inattendues démarrent toujours par une « petite phrase ». Celle-ci est issue de l’un des 11,9 millions de documents des Pandora Papers. Un peu perdue au milieu d’un rapport financier, elle dit ceci : « Le fonds a fourni un financement de 4,6 millions d’euros au Standard de Liège FC, club belge de premier plan, préfinançant leurs droits TV à un taux de 7,25 % ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Pandora Papers

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs