Accueil Le direct Le direct économie

Restructuration X-Air Services: les syndicats peu convaincus après la deuxième réunion

Après une première réunion qualifié de "décevante" par les syndicats le 20 septembre, ces derniers ont à nouveau rencontré la direction de X-Air Services mercredi. Celle-ci est venue avec des propositions peu convaincantes, à en croire les représentants syndicaux de la CNE et de la CGSLB.
Temps de lecture: 2 min

Il s'agissait de la deuxième réunion depuis l'annonce par la direction de son intention de supprimer 65 équivalents temps plein sur 101 travailleurs sur son site de Bierset (Liège) et de transférer ses avions vers l'aéroport parisien Charles De Gaulle.

La direction a "présenté des scénarios sur quelles seraient les conditions de travail et de transfert pour les gens qui seraient volontaires pour aller travailler à Charles de Gaulle", a expliqué le secrétaire permanent CNE Didier Lebbe. "Mais c'est de la fiction, on sent très bien qu'il n'y a encore rien de sûr. Personne ne sait encore quand ni comment cela va se faire. Je ne suis pas sûr qu'ils aient envie qu'il y ait beaucoup de volontaires."

"Je crois que les contractants avec lesquels la direction travaille actuellement à Paris sont en train d'organiser des formations pour qu'il y ait un personnel opérationnel quand les avions arriveront à Charles de Gaulle. Je ne crois pas qu'ils comptent sur des transferts et des navettes pour que du personnel de Liège aille à Charles De Gaulle. Je crois plutôt qu'ils profitent de ce transfert de base pour trouver et former du personnel à des conditions beaucoup plus avantageuses pour eux", a ajouté le syndicaliste.

Pour la secrétaire permanente CGSLB Vicky Hendrick, la direction s'est montrée "rassurante", mais doit encore "démontrer qu'elle a cette volonté pour trouver des solutions et maintenir l'activité à Liège. Sur une flotte de 26 avions il n'en restera plus que six" là-bas, a-t-elle expliqué.

"On n'a pas encore de propositions quelles qu'elles soient pour le personnel à Liège, car la seule alternative est pour l'instant d'allers vers Charles De Gaulle. L'explication de cette décision est que les clients transfèrent leur flotte là-bas, alors pour préserver de l'emploi on suivrait. Mais c'est une solution temporaire parce que les travailleurs ne peuvent pas faire la navette à durée indéterminée (...) On reste préoccupés par des solutions plus pérennes."

X-Air Services a également un site sur Bruxelles. "On pourrait proposer aux travailleurs de Liège d'aller travailler à Bruxelles, et peut-être que certains travailleurs de Bruxelles pourraient être intéressés d'aller à Charles de Gaulle", a ajouté Mme Hendrick. "Mais c'est beaucoup plus compliqué quand on a des travailleurs qui sont là parfois depuis plus de cinq ans. Ce n'est pas une solution pour nous, mais plutôt un report d'échéance."

Une nouvelle réunion est prévue le 26 octobre.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Direct économie

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs