Accueil Le direct Le direct économie

Actions chez AG Insurance: des exigences des syndicats trop élevées pour la direction

"Après 4 mois de négociations, la direction a dû constater que les syndicats (excepté ACV Puls qui ne participe pas aux actions) profitaient du thème de télétravail pour mettre en avant des exigences trop élevées. La direction a alors décidé d'utiliser à nouveau une 'policy' (règlement)  comme par le passé, pour régler l'organisation du télétravail. Elle reste naturellement ouverte au dialogue avec les organisations syndicales", a indiqué mercredi la direction d'AG Insurance en réaction aux actions menées par les syndicats qui déplorent le système de télétravail.
Temps de lecture: 3 min

"L'offre 'télétravail' chez AG est parmi l'une des meilleures sur le marché et dans le secteur, avec notamment 3 jours de télétravail par semaine, une indemnité versée au télétravailleur par jour de télétravail, ainsi que des jours de congé de compensation. Comme c'est légalement obligatoire aussi bien avec une 'policy' qu'avec une CCT, l'entreprise a demandé à ses employés de signer un avenant à leur contrat de travail, afin de régler l'organisation du télétravail", précise la direction.

D'après les syndicats, la direction se serait montrée irrespectueuse vis-à-vis du personnel en refusant de négocier une convention collective de travail pour le télétravail. Elle aurait également voulu faire signer aux employés un avenant individuel au contrat de travail, sous la menace. "Si vous ne signez pas avant le 8 octobre, vous ne serez pas autorisé à télétravailler un seul jour après cette date", tel est le message intégré par les travailleurs.

Le point de rupture le plus important, selon Chris Wauman, représentant BBTK/SETCa, porte sur la suppression de l'enregistrement du temps de travail en cas de télétravail. "Auparavant, lorsque nous nous rendions au bureau, la plupart des employés disposaient d'un badge pour pointer à l'entrée et à la sortie. Quand les employés effectuaient des heures supplémentaires, ils accumulaient des récups. Mais cela ne devrait plus être le cas avec le nouveau système de télétravail. Cependant, les chiffres montrent que les gens effectuent plus d'heures à la maison qu'ils ne le devraient."

Dans leurs griefs, les syndicats pointent aussi un manque chronique de personnel, une charge de travail excessive dans presque tous les services et l'absence de compensation pour les efforts fournis pendant la crise Covid, alors que l'entreprise "réalise des bénéfices de plus d'un demi-milliard d'euros depuis des années".

Les représentants attendent à présent une nouvelle "proposition améliorée" de la direction, qui témoigne d'un réel "respect" pour le personnel.

En fonction de l'évolution du dossier, les syndicats pourraient décider vendredi de déposer un préavis de grève ou non. "C'est une option. Tout dépendra de la stratégie du personnel et de ce que décidera la direction", indique Chris Wauman.

Cette semaine, les syndicats ont appelé les employés à se rendre en masse au bureau, mardi et jeudi, afin de signer une pétition rejetant explicitement la proposition de télétravail. Cette pétition aurait déjà récolté 1.000 signatures.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Direct économie

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs