Accueil Monde Europe

A 100 ans, le plus vieil accusé de crimes nazis jugé en Allemagne

Il risque au minimum 3 ans de prison mais sa peine sera certainement symbolique vu son grand âge.

Temps de lecture: 2 min

Un ex-gardien de camp de concentration âgé de 100 ans comparaît à partir de jeudi devant un tribunal allemand, devenant le plus vieil accusé de crimes nazis jamais jugé dans le pays.

Josef S., ancien caporal-chef de la division « Totenkopf » (Tête de mort) des Waffen-SS, est poursuivi pour « complicité de meurtres » de 3.518 prisonniers lorsqu’il opérait dans le camp de concentration de Sachsenhausen, non loin de Berlin, entre 1942 et 1945.

Il avait 21 ans au début des faits. Il est notamment soupçonné d’avoir fusillé des prisonniers soviétiques et « d’aide et de complicité de meurtres par gaz » de type Zyklon B.

Quatre anciens SS en dix ans

Entre son ouverture en 1936 et sa libération par les Soviétiques le 22 avril 1945, le camp de Sachsenhausen a vu passer quelque 200.000 prisonniers, principalement des opposants politiques, des Juifs et des homosexuels.

Depuis dix ans, l’Allemagne a jugé et condamné quatre anciens SS en élargissant aux gardiens de camps et autres exécutants de la machinerie nazie le chef d’accusation de complicité de meurtre, illustrant la sévérité accrue, quoique jugée très tardive par les victimes, de sa justice.

Ainsi Josef S. « n’est pas accusé d’avoir tiré sur quelqu’un en particulier, mais d’avoir contribué à ces actes par son travail de gardien et d’avoir été au courant que de tels meurtres avaient lieu dans les camps », explique la porte-parole du parquet de Neuruppin, Iris le Claire. « Il est en grande partie en bonne santé et ne montre aucun signe de démence naissante. On peut affirmer qu’il est mentalement et spirituellement très sain », affirme Thomas Walther, l’avocat de 11 des 16 parties civiles de ce procès, dont sept survivants.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

L’état de santé d’Elizabeth II inquiète les Britanniques

Malgré les assurances du Palais de Buckingham, l’annonce de l’hospitalisation de la reine Elizabeth II dans la nuit de mercredi à jeudi a suscité un vif émoi au Royaume-Uni. Agée de 95 ans, la souveraine, qui a repris ses activités au château de Windsor, « a un excellent moral » assure la Cour.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs