Accueil Opinions Chroniques

La chronique «Je dirais même plus»: Rule, Britannia!

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 2 min

Dans un de ses meilleurs sketches, Fernand Raynaud se met dans la peau d’un douanier qui n’aime pas les étrangers. Il ne cesse de harceler l’étranger qui s’est installé au village jusqu’à ce que lui et sa famille, dégoûtés, filent ailleurs. Depuis, plus moyen de trouver du pain. C’était le boulanger du village.

Boris Johnson ne connaît sans doute pas Fernand Raynaud, dommage pour lui – il aurait pu lui piquer quelques autres gags. Et il se serait surtout montré plus attentif aux conséquences de ce Brexit lancé dans un geste emphatique de fierté et d’orgueil nationalistes (« Rule, Britannia ! ») mais parfaitement indifférent à ses conséquences pratiques. Genre l’intendance suivra…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par De Brabanter Raymond , dimanche 10 octobre 2021, 20:42

    Problème de chronologie. Sachant que le Royaume-Uni a rejoint l'UE (la CEE à l'époque) en 1973, on est étonné que du Maurier imagine son départ de l'Union en 1971. Mais sans doute la romancière situait-elle son roman après 1973?

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica sur les mesures sanitaires: l’approche de la Cour européenne des droits de l’homme

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : il est plus que probablement inexact d’affirmer que les mesures sanitaires contre lesquelles s’élèvent des protestations, dans leur principe, violent les droits fondamentaux. En revanche, on peut attendre que la mise en œuvre de ces mesures impose des exigences de transparence et de cohérence aux autorités publiques.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs