Accueil Le direct Le direct économie

Bourse de Bruxelles - Reprise de la cotation de Ter Beke

La négociation de l'action Ter Beke à la Bourse de Bruxelles a pu reprendre jeudi à la mi-journée, signale la FSMA, l'autorité des marchés financiers. Elle avait été suspendue dans la matinée après l'annonce par le groupe alimentaire belge, connu notamment pour la marque de lasagnes Come a Casa, de l'acquisition de 100% des activités belges et néerlandaises de la multinationale mexicaine Sigma Alimentos. Cela jusqu'à la publication d'informations supplémentaires concernant la transaction annoncée.
Temps de lecture: 2 min

L'opération, dont le montant n'a pas été précisé, porte sur les six sites de production de Sigma, cinq en Belgique (Lievegem, Cornby, Amando, Dacor, Champlon) et un aux Pays-Bas, ainsi que sur les marques Imperial et Stegeman, telles que Marcassou, Leielander et Bistro, et les marques sous licence de Sigma (Aoste, Justin Bridou), détaille Ter Beke.

Les sites précités et leurs travailleurs poursuivront leur activité habituelle, assure le groupe alimentaire belge.

La transaction devrait être clôturée dans les mois à venir, sous réserve des approbations des autorités de la concurrence.

A la suite de la décision de la FSMA de suspendre la négociation de l'action Ter Beke à la Bourse de Bruxelles, l'entreprise a apporté quelques précisions sur la transaction, permettant la reprise de la cotation.

Ter Beke est spécialisé dans la production et la vente de charcuterie fine et de plats cuisinés, préparés sur 12 sites industriels en Belgique, aux Pays-Bas, en France, en Pologne et au Royaume-Uni. La société emploie quelque 2.650 collaborateurs et a réalisé un chiffre d'affaires de 717,4 millions d'euros en 2020. 

Avec ce rachat, le groupe fait un grand pas vers le milliard d'euros de chiffre d'affaires, puisque l'impact de la reprise sur son chiffre d'affaires est estimé à 270 millions d'euros, et à 6 millions d'euros sur l'EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement). "Même si nous risquons de manquer le coche", dit Piet Sanders. "Mais ce n'était pas non plus le but de l'acquisition".

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Direct économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs