Accueil Léna

Jonathan Franzen: «Je suis trop jeune pour prendre ma retraite»

On l’a surnommé le roi de la littérature, mais l’œuvre la plus importante de Jonathan Franzen ne commence qu’avec son nouveau roman, « Crossroads ». N’est-il pas un peu autobiographique ?

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 11 min

Nous sommes le jeudi 23 décembre 1971, à New Prospect, dans la banlieue de Chicago. C’est ici que se croisent – et se séparent – les chemins de la famille Hildebrandt. Russ, le père, pasteur de profession, fait secrètement la cour à une séduisante paroissienne – et n’arrive toujours pas à croire qu’il a perdu la direction du groupe de jeunes chrétiens Crossroads au profit d’un superviseur beaucoup plus jeune et charismatique répondant au nom de Rick Ambrose. Marion, la mère, suit secrètement une psychothérapie et, mis à part le petit Judson, les enfants suivent eux aussi leur propre route : Clem, le fils, abandonne ses études pour partir au Vietnam ; Becky, la fille, cherche à devenir encore plus populaire qu’elle ne l’est déjà ; et Perry, le surdoué, s’enfonce dans la drogue. Et si vous vous dites que les choses ne pourraient pas être pires pour la famille Hildebrandt en cette période de Noël, attendez de voir ce que leur réserve leur voyage de Pâques chez les Navajos d’Arizona.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs