Accueil Pandora Papers

Pandora Papers: ces Belges qui ont une brique dans l’offshore

En Belgique comme ailleurs, les propriétaires affichés de biens immobiliers sont parfois des sociétés offshore installées dans des pays à la fiscalité accommodante. Discrétion et évitement des droits d’enregistrement sont les principales motivations de cette délocalisation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 5 min

Si 2004 fut une année amère pour le pilote de F1 David Coulthard – au terme de cette mauvaise saison, il fut remplacé chez McLaren-Mercedes –, l’Ecossais trouva néanmoins à se consoler sous des cieux ensoleillés : au mois d’avril de la même année, une société offshore nommée Alcazar Business International Limited fut immatriculée dans les îles Vierges britanniques, le pilote en est l’unique bénéficiaire. Et à lire les documents extraits des Pandora Papers, cette société a pour unique objet social la propriété d’un confortable appartement de 192 mètres carrés à Monaco, face au port de Fonvieille, avec vue sur le palais des Princes.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Pandora Papers

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs