Accueil Médias

«Squid Game»: comment protège-t-on les mineurs face aux contenus inappropriés?

La réglementation s’applique aux chaînes linéaires, aux plateformes de vidéos à la demande mais aussi désormais aux applications de partage de vidéos

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Les chaînes de télé et les plateformes de vidéos à la demande telles que Netflix ont l’obligation de protéger les mineurs face à des programmes « susceptibles de nuire à leur épanouissement physique, mental ou moral ». C’est l’un des piliers de la législation européenne régissant les services de médias audiovisuels (SMA). Il y a tout d’abord une obligation en matière de signalétique. Les éditeurs doivent classifier les programmes pouvant poser problème en fonction de catégories d’âge et informer les téléspectateurs via l’affichage à l’écran d’un pictogramme. En Fédération Wallonie-Bruxelles, quatre signalétiques sont de vigueur : programmes déconseillés aux moins de 10 ans, aux moins de 12 ans, aux moins de 16 ans et aux moins de 18 ans. Ce sont les éditeurs eux-mêmes qui choisissent la signalétique applicable par le biais d’un comité de visionnage créé en leur sein. Le régulateur – le CSA – n’intervient qu’en cas de plaintes.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Médias

La télévision en mode «retour vers le futur»

Après les retrouvailles de « Friends », HBO annonce les retrouvailles des héros de Harry Potter. Le passé refait de plus en plus surface en télévision. Le signe d’un besoin de réconfort, qui ne bride pourtant pas la capacité d’innover des chaînes.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs