Accueil Économie Consommation

Du diesel de synthèse sans carburant fossile disponible pour la première fois en Belgique

Dans trois pompes à essence du pays.

Temps de lecture: 1 min

Du diesel de synthèse sans carburant fossile est disponible depuis jeudi dans trois stations-services du pays. Ce type de diesel est produit avec de déchets et résidus du secteur alimentaire - comme de l’huile de friture ou des restes de nourriture - et émet 90% moins de CO2 qu’un diesel conventionnel.

Ce diesel HVO10, pour Hydrotreated Vegetable Oil, est mis sur le marché par l’entreprise finlandaise Neste. Il est disponible depuis jeudi dans trois stations du réseau Q8 à Zaventem, Rotselaar et Malines. Dans le courant du mois, il sera aussi disponible aux pompes des stations services de Verlaine, Lokeren, et Ranst.

Le carburant convient à tous les moteurs diesel, mais il est 70% plus cher qu’un diesel ordinaire. Neste estime que ce prix baissera lorsque l’offre augmentera.

«Nous avons inventé cette technologie il y a une quinzaine d’années, mais pour l’instant, la HVO100 n’en est qu’à ses débuts en Belgique», explique Peter Zonneveld, vice-président des ventes de Neste. «L’intention est d’augmenter encore le nombre de sites de ravitaillement à l’avenir.»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 8 octobre 2021, 10:25

    La quantité d'huile alimentaire disponible au recyclage restera largement inférieure à la demande et son traîtement restera coûteux. Même si ce type de carburant pollue moins (en particules fines et SOx), il continue d'ajouter du CO2 dans l'atmosphère alors qu'il faudrait en retirer. L'affirmation de 90% en moins de CO2 me semble douteuse, puisque la quantité de CO2 émis est proportionnelle à la quantité d'hydrocarbure brûlé. Par ailleurs, ces huiles alimentaires sont au départ produites à partir de végétaux renouvelable, certes, mais qui occupent des surfaces au sol non négligeables, généralement reprises sur des forêts tropicales puits de C02 et de diversité, ce qui déplace la catastrophe environnementale.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, vendredi 8 octobre 2021, 10:55

    Bah, en Belgique avec toutes nos friteries, il y a déjà un beau potentiel... Et pour ce qui est de diminuer fortement la quantité de CO2 dans l'atmosphère, il ne faut pas "exagérer" non plus, si jamais on redescendait trop bas, les végétaux (forêt tropicale ou pas) risqueraient de commencer à "souffrir". Et puis en dernier recourt, il y a encore la possibilité de s'arrêter de respirer ; au bout d'un (assez) bref moment, plus aucune pollution au CO2 n'est observée (sauf la décomposition finale), et plus de chauffage domestique ni de transport inutile et "polluant"...

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, vendredi 8 octobre 2021, 9:20

    Excellente initiative. Mais avec aussi peu de points de distribution, et un prix "non négligeable"... Quid du succès éventuel ? Et à quand une diminution drastique de la fiscalité sur ce genre de carburant innovateur ? Et surtout, quelles sont les possibilités de production "en masse", et quel est le "coût énergétique" de ce genre de production ? Beaucoup de questions...

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 9 octobre 2021, 8:06

    Réponse 03. Et ça fonctionne aussi ?

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 9 octobre 2021, 8:05

    Réponse 02.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
Geeko Voir les articles de Geeko