Accueil Belgique Politique

Plusieurs sans-papiers menacent de repartir en grève de la faim

Le dossier de Nezha, une participante de la grève de la faim, consterne les sans-papiers. Ils menacent de reprendre de nouvelles actions.

Temps de lecture: 2 min

Après de très nombreux mois d’occupations, de manifestations, de mobilisations, de grèves de la faim et de la soif, l’Union des Sans-Papiers pour la Régularisation (USPR) est parvenue à initier un certain nombre de négociations au plus haut niveau. » C’est ce qu’annonçait l’organisation dans un communiqué fin juillet. Une note de l’Office des étrangers vient mettre à mal les accords trouvés qui avaient mis fin à la grève de la faim du Béguinage, selon La Libre.

La note présente le dossier de Nezha. Elle semble remplir tous les critères de régularisation, mais reçoit un avis négatif. Le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Sammy Madhi (CD&V) souligne qu’aucune décision n’a été prise pour le moment, selon Bruzz.

Un exemple de candidat

Elle était l’une des grévistes de la faim cet été. Cette grève avait commencé le 23 mai et s’était terminée le 21 juillet. A l’époque, Sammy Mahdi avait encouragé chacun à déposer une demande individuelle de régularisation. La note perçue aujourd’hui est différente.

Nezha est « un exemple de candidat », selon Marie-Pierre de Buisseret, l’avocate qui avait représenté les grévistes de la faim cet été. Nezha vit dans notre pays depuis 2009, elle a une perspective de travail, a pris des cours de néerlandais et de français, est très active dans la vie sociale et elle a déjà de la famille ici. Pourtant son dossier semble vouloir être rejeté. Le cabinet du secrétaire d’Etat indique qu’aucune décision n’a encore été prise.

Les autres sans-papiers sont consternés. Mohamed Alex, de l’Union des Sans Papiers pour la Régularisation promet aussitôt de nouvelles actions.

Ce qu’il s’est passé cet été

Les sans papiers ont décidé d’occuper l’Eglise du Borinage à Bruxelles début de cette année, sauf que cela n’a pas changé leur situation. Ils ont alors débuté une grève de la faim au printemps, jusque fin juillet. Au départ, ils souhaitaient une régularisation collective pour tous ceux qui ont manifesté. Ils ont peu à peu renoncé et accepté une analyse au cas par cas. Le cas de Nezha est l’exemple d’une de ces analyses de cas.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Dagnelie Raphaël, vendredi 8 octobre 2021, 17:11

    Les lois belges sont valables pour tout le monde.

  • Posté par collin liliane, vendredi 8 octobre 2021, 16:43

    Dans un pays fonctionnant normalement, la durée d'une présence IILLEGALE en Belgique ne devrait en aucun cas constituer un motif de régularisation.

  • Posté par Drumberg Benoit, vendredi 8 octobre 2021, 16:13

    Sans papiers ? Retour à la maison, ils sont illégaux et on tolère le chantage ! Pas un bon signal pour tous ceux qui veulent venir profiter de notre système social sans jamais y avoir contribué.

  • Posté par Drumberg Benoit, vendredi 8 octobre 2021, 16:13

    Sans papiers ? Retour à la maison, ils sont illégaux et on tolère le chantage ! Pas un bon signal pour tous ceux qui veulent venir profiter de notre système social sans jamais y avoir contribué.

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs