Accueil Monde France

France: un policier devant le juge pour avoir volontairement percuté un mineur

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 11 au 12 septembre dans un quartier difficile de Douai, a expliqué une source policière, confirmant une information de la Voix du Nord.

Temps de lecture: 2 min

Un policier va être jugé en correctionnelle pour « violences volontaires » contre un adolescent de 17 ans, qu’il est soupçonné d’avoir volontairement percuté avec un véhicule de police, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Douai et de sources policières.

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 11 au 12 septembre dans un quartier difficile de Douai, a expliqué une source policière, confirmant une information de la Voix du Nord.

Selon une source syndicale, un équipage de quatre policiers de la BAC, « aguerris et expérimentés », a tenté ce soir-là de contrôler un mineur qui a pris la fuite.

L’adolescent a alors été percuté par la voiture de police, d’après cette même source.

La victime, âgée de 17 ans, s’est vu délivrer 8 jours d’ITT, selon le parquet de Douai. Selon la source syndicale, il souffrait d’une « plaie ouverte au niveau de la cheville ayant nécessité des points de suture » et d’« hématomes sur les mollets ».

Les quatre policiers ont été placés en garde à vue, mais trois ont été libérés. Ils feront l’objet de mesures alternatives aux poursuites, a précisé le parquet.

Le conducteur, brigadier chef, a lui été déferré devant le procureur mercredi. Il a été remis en liberté sous strict contrôle judiciaire.

Il est convoqué devant le tribunal correctionnel pour « violences volontaires avec arme par destination » et « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique », a détaillé le parquet.

Une source proche de l’enquête a précisé que son audience aurait lieu 18 janvier. La cellule déontologique de la DDSP du Nord a été saisie.

Selon la source syndicale, le policier incriminé, âgé de 47 ans, a expliqué que c’est le mineur qui était venu « à la rencontre du véhicule ».

Les quatre policiers doivent par ailleurs faire l’objet d’une enquête administrative, a souligné cette même source, selon laquelle « les services de police ont eux-mêmes avisé le parquet » de cette affaire.

À lire aussi Reconnaissance faciale: la police belge admet avoir utilisé un logiciel controversé

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs