Accueil Monde Union européenne

«Polexit», Etat de droit et riposte: cinq questions sur le bras de fer entre la Pologne et l’Union européenne

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

Rebelote ? Une nouvelle « crise existentielle » pour l’Europe, encore évoquée pas plus tard qu’au début de la crise covid, lorsque les égoïsmes nationaux s’étaient déchaînés au détriment de la solidarité européenne ? Le spectre de ce péril définitif ressurgit-il avec le coup de poignard porté par Varsovie à ce fondement capital de la construction européenne : la primauté du droit communautaire sur le droit national ? La Commission européenne se déclare « vivement préoccupée ». Et les commentateurs de tous bords entrevoient les prémices d’un nouveau détricotage de l’édifice, voire celles d’un « Polexit » à venir…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, vendredi 29 octobre 2021, 16:30

    La Pologne n'accepte effectivement pas totalement notre définition de l'Etat de Droit. Le problème est que les traités que la Pologne a signés pour faire partie de l'UE ne couvrent pas clairement cette matière. Mais la Pologne accepte bien la primauté du droit européen dans toutes les matières clairement couvertes par les traités qu'elle a signés.

  • Posté par Fontesse Philippe, samedi 9 octobre 2021, 20:15

    Ils ne veulent plus être contraint de respecter les règles de l'Europe suivant la décision de leur justice. Très bien, qu'on les mette dehors de l'Europe sans discuter comme avec l'Angleterre, plus d'argent pour eux et remboursement des sommes dues, taxes sur tous les produits venant de chez eux (même sur les produits que certaines sociétés faisant partie de l'Europe sont parties là bas pour payer moins cher la main d'oeuvre, interdiction pour leurs populations de venir travailler chez nous pour moins cher que les européens.

  • Posté par CORNEZ JEAN, samedi 30 octobre 2021, 12:12

    Et, au passage, la Hongrie peut aussi faire de même!

  • Posté par Esquenet Alexandre, samedi 9 octobre 2021, 15:58

    Ils peuvent y envoyer le CDH anti avortement, leur paradis.

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs