Accueil Sports Football Diables rouges

Yannick Carrasco lance un appel aux supporters belges avant d’affronter l’Italie: «Croyez-vous toujours en nous?»

Avant d’affronter l’Italie ce dimanche à 15h pour la troisième place de la Nations League, Yannick Carrasco s’est présenté devant la presse.

Temps de lecture: 3 min

Depuis la défaite face à la France en demi-finale de Nations League, Yannick Carrasco est le premier Diable rouge a s’exprimer devant l’ensemble de la presse belge.

Si quelques-uns – dont le médian de l’Atlético – ont répondu aux interviews de la télévision jeudi soir, aucun élément du groupe de Roberto Martinez ne s’est présenté pour répondre aux questions de la presse écrite. Samedi après-midi, c’est donc le Colchonero qui a été confronté aux nombreuses questions que se posent les journalistes mais également les supporters de la sélection belge.

À commencer par essayer de comprendre ce qui s’est passé lors de la deuxième période face aux Bleus. Alors que la Belgique gérait parfaitement les événements durant les 45 premières minutes avec deux buts à la clé – dont le 7e en 52 sélections de Carrasco –, elle s’est effondrée lors du deuxième acte en cédant trois fois face à la pression française et aux accélérations de Kylian Mbappé. « On a trop joué avec nos émotions en deuxième mi-temps, estime le joueur de l’Atlético Madrid. On avait le contrôle durant la première période. En deuxième, on n’a pas joué selon les consignes du coach. La France, elle, a changé son état d’esprit en voulant marquer le premier but rapidement. Dès qu’on a encaissé, on est entré dans l’émotionnel, le doute et les pertes de balle inutile. C’est difficile à expliquer pour ceux qui ne sont pas sur le terrain, mais il y a des moments où vous n’arrivez plus à contrôler les choses. »

« Croyez-vous encore en nous après la France ? »

Un constat qui a perduré tout au long de la deuxième période avec des Diables incapables de renverser la tendance malgré l’expérience présente dans les rangs de la sélection. « C’était trop compliqué de se ressaisir, avoue Carrasco. On aurait peut-être dû envoyer le ballon dehors et se parler entre nous pour se remettre dans le match. Et se montrer plus rageux sur le terrain. Ce sont des choses qu’on doit apprendre durant les mois à venir pour être au top lors du Mondial au Qatar dans un an. On croit encore en nos chances. Et vous, vous y croyez encore ? On dirait que non après la France. »

D’ici là, la Belgique – amputée de quelques cadres dont, à coup sûr, Eden Hazard et Romelu Lukaku – aura une première occasion de redorer son blason face à l’Italie dimanche après-midi (15h). « Après une telle défaite, il faut se relever, avance le Diable. L’état d’esprit du groupe était difficile après le match contre la France. Mais cela fait partie du métier et il faut penser au prochain match. La motivation sera sans doute différente par rapport au quart de finale à l’Euro parce qu’on joue pour une troisième ou une quatrième place. Mais ce sera un beau match. Aucune des deux équipes n’aura envie de perdre. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Dr Mi, samedi 9 octobre 2021, 19:30

    non, on y croit plus !

Aussi en Diables rouges

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir