Accueil Culture Livres

«Mon nom est sur toutes les lèvres»

Être oublié peut tuer. Dans un vertige graphique, Léa Murawiec explore le « Grand Vide » de notre existence, jusqu’à ce que notre nom ne soit plus…

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 2 min

A 27 ans, on n’a pas peur du vide. Léa Murawiec avait déjà dessiné plus de six cents histoires en six cases. Avec Le Grand Vide , la jeune autrice franchit le pas du roman graphique. Elle se jette dans le précipice de la vie moderne, à la recherche de son double, une célèbre chanteuse qui répond au même nom. Cette quête va peu à peu virer à l’obsession. Cet autre moi insaisissable menace sa raison d’être. Son tube, « Mon nom est sur toutes les lèvres » rend sa vie inutile. Elle se sent seule au monde, écrasée par la ville, le système, la société. Entre deux paquets de nouilles instantanées, son esprit vacille et son corps bascule dans le « Grand Vide »…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs