Accueil Opinions Cartes blanches

Pourquoi les Européens ont besoin de l’énergie nucléaire

Le nucléaire est une source d’énergie propre, sûre, indépendante et compétitive. Elle nous offre, à nous, Européens, la chance de continuer à développer une industrie à forte valeur ajoutée et de garantir notre indépendance énergétique.

Carte blanche - Temps de lecture: 5 min

Le réchauffement climatique est la bataille d’aujourd’hui, pas de demain. Dans son dernier rapport, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC) a été très clair dans ses prévisions : notre objectif de limiter notre réchauffement à 1,5º ou 2ºC au 21e siècle, ne pourra être atteint que si nous diminuons drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre dans les huit ans à venir.

La hausse des prix de l’énergie montre aussi combien il est important de réduire très rapidement notre dépendance énergétique vis-à-vis des pays étrangers. Les tensions dans la fourniture d’énergie seront de plus en plus fréquentes. Nous n’avons pas d’autre choix que de diversifier nos sources d’approvisionnement en faisant attention à ne pas augmenter nos importations d’énergie extra-européenne.

La décarbonation de notre économie demande des transformations immédiates et profondes dans notre production et dans nos modes de consommation, pour les rendre moins émettrices de CO2. Ceci implique d’électrifier massivement notre consommation et de développer des industries faiblement carbonées telles que l’hydrogène – qui nécessitent aussi, en retour, de produire plus d’électricité.

L’énergie nucléaire doit faire partie de la solution

Les énergies renouvelables jouent un rôle essentiel dans la transition énergétique, mais nous avons besoin d’autres sources d’énergie décarbonées pour répondre à nos besoins de manière constante et suffisante. L’énergie nucléaire est essentielle. Elle représente déjà près de la moitié de la production européenne d’électricité décarbonée.

L’énergie nucléaire constitue une ressource énergétique abordable, stable et indépendante. D’abord parce qu’elle protège les consommateurs européens de la volatilité des prix, contrairement au gaz actuellement. Ensuite parce qu’elle contribue de manière décisive à l’indépendance de nos sources de production d’énergie et d’électricité. C’est une énergie décarbonée disponible, qui peut produire une grande quantité d’électricité compétitive sans accroître notre dépendance à l’approvisionnement de pays tiers.

L’énergie nucléaire est sûre et innovante

Depuis plus de soixante ans, l’industrie nucléaire européenne a prouvé sa fiabilité et sa sûreté. Elle est l’un des secteurs les plus réglementés au monde, avec 126 réacteurs en service dans quatorze pays européens. Les échanges constants entre les agences donnent à cette industrie la capacité de garantir les standards de sécurité les plus élevés dans le monde. C’est particulièrement vrai pour le traitement des déchets.

La filière nucléaire européenne est une industrie leader dans le monde, dotée de technologies de rupture uniques. Son développement pourrait générer près d’un million d’emplois très qualifiés en Europe. A mesure que se développe la coopération entre les Etats membres, nous serons bientôt capables de bâtir de nouveaux réacteurs modernes tels que les petits réacteurs modulaires (SMR).

Ce sont toutes les raisons pour lesquelles le nucléaire doit être traité de la même manière que toutes les autres sources de production d’énergie décarbonée. Les traités européens permettent à chaque Etat membre de définir son propre « mix » énergétique. Il est essentiel que nos droits en la matière soient respectés et que toutes les technologies de production d’énergie faiblement émettrices de CO2 soient considérées de manière équitable.

Aussi est-il absolument indispensable que l’énergie nucléaire soit incluse dans le cadre de la taxonomie européenne avant la fin de cette année. Toutes les analyses scientifiques demandées par la Commission européenne sur l’impact environnemental de l’énergie nucléaire aboutissent à la même conclusion : il n’existe aucune preuve scientifique que l’énergie nucléaire contribuerait davantage au réchauffement climatique que les autres énergies incluses dans la taxonomie.

Remporter la bataille du Climat

Nous avons besoin de l’énergie nucléaire pour remporter la bataille du climat. Elle est notre meilleure arme pour mener ce combat. C’est une source d’énergie propre, sûre, indépendante et compétitive. Elle nous offre, à nous, Européens, la chance de continuer à développer une industrie à forte valeur ajoutée, de créer des milliers d’emplois qualifiés, de renforcer nos ambitions environnementales et d’assurer l’autonomie stratégique et énergétique de l’Europe. Ne laissons pas passer une occasion aussi cruciale.

Signataires : Virgil Popescu, ministre roumain de l’Energie et ministre par intérim de l’Economie, de l’Entrepreneuriat et du Tourisme ; Dan Vîlceanu, ministre roumain des Finances ; Karel Havlíček, vice-Premier ministre, ministre de l’Industrie et du Commerce, ministre des Transports de la République Tchèque ; Mika Tapani Lintilä, ministre finlandais des Affaires économiques ; Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance de la République française ; Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie de la République française ; Igor Matovič, vice-Premier ministre et ministre des Finances de la Slovaquie ; Zdravko Marić, vice-Premier ministre et ministre des Finances de la Croatie ; Tomislav Ćorić, ministre de l’Economie et du Développement durable de la Croatie ; Andrej Šircelj, ministre des Finances de Slovénie ; Jernej Vrtovec, ministre des Infrastructures de Slovénie ; Andrey Zhivkov, ministre de l’Energie de la République de Bulgarie ; Tadeusz Kościński, ministre polonais des Finances, des Fonds européens et de la Politique régionale ; Michał Kurtyka, ministre polonais du Climat et de l’Environnement ; Mihály Varga, vice-Premier ministre et ministre des Finances de la Hongrie.

À lire aussi Électricité: qui pourrait tirer profit de la hausse? À lire aussi Flambée des prix de l’énergie: l’Union européenne tâtonne

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

24 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, lundi 11 octobre 2021, 20:07

    L'énergie nucléaire est actuellement la meilleure solution. La seule qui nous sortira vraiment de l'impasse actuelle et qui peut même servir à chauffer nos maisons, au lieu de le faire en brûlant des carburants fossiles polluants. Tout le reste est trop cher, trop polluant ou trop peu fiable. Que Nullet, Greta et leurs acolytes populistes cessent de polluer les esprits et laissent les gens compétents apporter une solution DURABLE au problème.

  • Posté par Ernotte Sébastien, lundi 11 octobre 2021, 18:35

    Aux signataires de cette carte blanche: vous n avez certainement pas lu l'excellent article de monsieur De Muelenaere ce 27 octobre 2021 " 3% en belgique....l impact climatique de la sortie du nucléaire est minuscule " Et 0,1% au niveau européen. Tout est dit. Comment certains envisagent encore de maintenir cette industrie d un autre temps? Allez dire aux japonais que cette énergie est sure et propre. Allez dire à nos enfants et petits enfants qu ils vont devoir se coltiner nos déchets radioactifs pendant des siècles. Nous voyons bien également que malgré la plupart des réacteurs belges en activité actuellement, la stabilité des prix de l électricité est mondialisée et n est aucunement liée au maintien du nucléaire.

  • Posté par Chalet Alain, lundi 11 octobre 2021, 19:57

    Parler de seulement 2 centrales est ridicule, car ce qu'il faut, c'est construire plusieurs nouvelles centrales nucléaires, pour avoir de l'électricité moins chère sans production de gaz à effet de serre.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 11 octobre 2021, 18:55

    Le Japon est en pleine phase de relance du nucléaire et accessoirement n’a toujours nulle intention de s’affilier à l’internationale des pédaleurs de vélos-cargos avec casque en plastoche durable et autres idées dans le vent à sortir obligatoirement pour être bien vu en ville (LGBTQ+-=?, BLM, sans-frontiérisme, etc.). Mais quand on a désespérément besoin d’exemples, on prend ce qui passe, n’est-ce pas?. Quant aux journalistes télégraphistes du parti Ecolo et leurs « excellents » articles… comment dire? Il est des articles que l’on peut faire écrire par une IA en lui donnant les elements de langage à caser… il suffit d’aller lire le nom du journaliste. C’est comme les articles sur le syndicalisme à la RTBF. Inutile de lire. Le contenu est connu d’avance.

  • Posté par Vleeshouwer Stephane, lundi 11 octobre 2021, 17:13

    Cet "appel" me paraît tout droit sorti du lobby nucléaire. Il suffit de voir la liste des signataires. Ceci dit je suis favorable à maintenir une capacité nucléaire jusqu'en 2050, en tant qu' "amortisseur" de décroissance. Car oui, la solution passe par la décroissance, à tous les niveaux. Ce sera difficile à faire admettre aux gens, mais si on ne le fait pas, le système global de la planète le fera.

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La faim n’est pas une fatalité

Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation est une triste occasion de constater que nous sommes loin d’être « sur la bonne voie » pour éliminer la faim d’ici 2030. Les solutions ? Plus de cohérence entre nos politiques agricoles, climatiques et économiques, d’une part, et se réapproprier les systèmes alimentaires pour permettre une transition vers l’agroécologie, d’autre part.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs