Accueil Monde Europe

COP26: le prince Charles espère des actes, pas des paroles

L’héritier du trône britannique dit comprendre les jeunes et des groupes écologistes comme Extinction Rebellion, dont les actions sont pourtant condamnées par le gouvernement britannique.

Temps de lecture: 2 min

Le prince Charles a souhaité que les dirigeants internationaux ne fassent pas « que parler » au sommet de la COP26, mais prennent des mesures ambitieuses contre le changement climatique, disant « comprendre » la frustration des militants écologistes.

Dans une interview à la BBC diffusée lundi, l’héritier du trône britannique affirme comprendre « bien sûr » les critiques de la jeune militante Greta Thunberg envers les responsables politiques qu’elle accuse de rester impassibles face à l’urgence climatique.

« Tous ces jeunes ont l’impression qu’il ne se passe jamais rien alors, bien sûr, ils deviennent frustrés », a déclaré le prince Charles, qui se rendra à la COP26 à Glasgow (Ecosse) avec sa mère, la reine Elizabeth II. Il a ajouté qu’il comprenait pourquoi des groupes écologistes comme Extinction Rebellion manifestaient et bloquaient des axes routiers, des actions condamnées par le gouvernement britannique. « Je comprends parfaitement la frustration, la difficulté est de savoir comment diriger cette frustration d’une manière plus constructive que destructrice », a-t-il déclaré.

La peur des paroles, sans les actes qui suivent

Sensible à la cause environnementale de longue date, Charles, 72 ans, s’est dit inquiet que les dirigeants internationaux qui se réuniront à partir du 31 octobre à Glasgow ne « fassent que parler » lors de la COP26, au lieu de prendre des mesures pour réduire drastiquement leurs émissions de gaz à effet de serre.

Dans un appel téléphonique passé lundi à son homologue indien Narendra Modi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a « souligné l’importance de faire des progrès concrets sur le changement climatique avant et lors du prochain sommet COP26 », selon un porte-parole de Downing Street. Boris Johnson a également « exprimé son espoir » que l’Inde, troisième émetteur mondial de carbone, s’engage à des objectifs écologiques « plus ambitieux » et à « atteindre un objectif de zéro émission ».

« Le problème, c’est d’agir sur le terrain », a déclaré le prince Charles. L’impact serait « catastrophique » si des mesures ambitieuses n’étaient pas décidées, a-t-il averti.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs