Accueil Culture Mode

Au MoMu, où la mode bat la chamade

Après trois ans de rénovation, le Musée de la mode d’Anvers rouvre avec pas moins de trois expositions. Dont l’une, la principale, joue avec nos cœurs et nos émotions.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

C’est Oliviero Toscani qui photographie pour Benetton, en 1994, l’uniforme ensanglanté d’un soldat bosniaque tué durant la guerre en ex-Yougoslavie.

C’est Bill Clinton, en 1997, dans un discours sur la montée de l’héroïne aux Etats-Unis, qui fustige le style « Héroïne Chic », comme on l’appelait alors, reprochant au monde de la mode de présenter la dépendance comme « glamour, cool et sexy ».

C’est le créateur géorgien Demna Gvasalia (diplômé des Beaux-Arts d’Anvers) qui réagit au Brexit en présentant sa collection Printemps-Eté 2020 dans un auditorium du même bleu que le drapeau européen.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Mode

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs