Accueil Opinions

Le mot «inclusif»: un usage excessif?

L’adjectif « inclusif » est sur toutes les lèvres. Mais si son emploi explose, son usage se rétrécit à l’inclusion « genrée ». C’est le lot de certains mots de faire l’objet d’une « préhension »…

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 4 min

L’écriture, l’école, l’habitat, l’économie, les événements culturels ou sportifs, et même l’avenir : tout doit désormais être « inclusif ». Un adjectif dans l’air du temps, parfois mis à toutes les sauces – et donc potentiellement agaçant à brève échéance… D’autant que, paradoxalement, si son emploi explose, son usage semble se rétrécir, confiné à la seule inclusion « genrée ».

De manière générale, les mots « à la mode » sont un phénomène permanent dans une langue vivante : ils reflètent l’évolution de l’air du temps, de la doxa, de la raison publique.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Raymond Moriaux, mardi 12 octobre 2021, 15:31

    En revanche, le mot "citoyen", lui, a vu sons sens premier considérablement s'élargir. Alors qu'il n'y pas encore si longtemps, être citoyen n'était pas donné à tout le monde, aujourd'hui, c'est l'inverse. Je vous laisse rechercher l'histoire de ce mot. Mais qu'il me soit permis d'ajouter que la flexibilité lexicale inclusive (!) ici saluée m'a parfois aussi l'air de n'être qu'une sorte d'appauvrissement du vocabulaire courant.

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs