Accueil Société Régions Bruxelles

La place Flagey planche sur son avenir de «quartier apaisé»

Sens unique, circulation interrompue ou interdite : les communes d’Ixelles et de la Ville de Bruxelles récoltent ce lundi soir l’avis des citoyens sur les différents scénarios de circulation autour de la place Flagey. L’objectif est de la transformer en une des 50 « mailles apaisées » prévues d’ici 2030 dans le plan régional bruxellois Good Move, avec moins de circulation et plus d’espace de vie.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La place Flagey, particulièrement au croisement entre les chaussées d’Ixelles et de Vleurgat et la rue Lesbroussart, est devenue « un magma de voitures », d’après l’échevin de la Mobilité Yves Rouyet (Ecolo). Un carrefour aux multiples branches mais sans feux de circulation, fréquenté par un trafic en tous genres, piétons, cyclistes, automobilistes, transports en commun. Et un endroit où les accrochages se multiplient : « Il y a deux fois plus de cyclistes depuis deux ans avec la crise sanitaire, donc deux fois plus d’accidents. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Coets Jean-jacques, mardi 12 octobre 2021, 12:49

    Depuis des années, Ecolo et certains lobbys du vélo nous bassinent de la même rengaine : plus il y a de vélos, plus on fera du vélo en toute sécurité car, face au nombre, l'automobiliste sera plus prudent. C'est ce qui pousse certains à refuser l'obligation de porter un casque à vélo car son "inconfort" découragerait les nouveaux cyclistes. Or, fort étonnamment, un échevin Ecolo semble découvrir que 2 x plus de vélos augmentent par 2 le nombre d'accidents ! Peut-être serait-il donc temps d'éduquer les cyclistes de tout poil, imposer un certain vivre-ensemble dans leur chef, et moins taper sur la gueule des automobilistes ...

  • Posté par Raymond Moriaux, mardi 12 octobre 2021, 7:59

    C'est en effet un de ces endroits où nul ne se sent plus obligé de rien et prioritaire pour tout et n'importe comment. Quant à l'apaisement, c'est toujours la même recette. On demande aux gens qui sont largement à l'origine et la cause du bordel ce qu'il pense de la présence des autres, ceux qui n'ont pas (ou plus) le choix de passer ailleurs. Et, que croyez-vous qu'ils répondent ? Ben, évidemment, qu'il faut les envoyer se faire voir ailleurs ! Des "mailles d'apaisement" en plein milieu d'une ville grouillante de centaines de milliers de citoyens habitants tous quelque part, se rendant quelque part ou venant de quelque part, en ne proposant de plus aucune alternative décente, c'est juste faire du "nimby" réglementaire là où on a renoncé à éduquer les gens au véritable "vivre ensemble" parce que c'est électoralement et (très) localement plus rentable.

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs