Accueil Opinions Éditos

Face aux inondations, il faudra prévoir l’imprévisible

Les règles et les outils existants ne sont pas à la hauteur des besoins quand la nature se déchaîne.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

C’est toujours pareil : dans ce pays, il faut un drame pour que les choses bougent. Les bousculades du Heysel ont imposé de nouvelles règles de sécurité dans les stades. L’affaire Dutroux a débouché sur une réforme des polices. L’explosion de Ghislenghien a poussé à s’interroger sur l’organisation des secours. Les livres d’histoire retiendront que les inondations de juillet 2021 ont permis d’élaborer de nouvelles procédures pour lutter contre les catastrophes naturelles, dont les crues de grande ampleur.

Associé à l’université de Liège, l’expert suisse Stucky a présenté la première partie d’un rapport qui va dans ce sens, en attendant des recommandations plus formelles : qu’il s’agisse des institutions ou des citoyens, la Belgique et la Wallonie ne sont pas des champions de la « culture du risque » et même de la « culture de crise ». Les règles et les outils ne sont pas à la hauteur des besoins quand la nature se déchaîne.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Raymond Moriaux, mardi 12 octobre 2021, 15:38

    Ce qui signifie, en deux mots, qu'il faut enfin rendre l'ouïe aux ministres que leurs administrations alertent sur les besoins non satisfaits. Et accepter que des moyens soient consacrés à la mise en place et à l'entretien d'outils qui ne doivent, en principe, (presque) jamais servir ...

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs