Accueil Le direct Le direct économie

Budget fédéral - Le Voka "reste sur sa faim", l'Unizo laisse "le bénéfice du doute"

Les mesures décidées par le gouvernement fédéral en matière de réforme du marché du travail ne sont pas suffisantes aux yeux du Voka. L'organisation patronale flamande estime qu'elles ne feront pas augmenter le taux d'emploi.
Temps de lecture: 2 min

Les contours de la réforme prévoient notamment un droit individuel pour le travailleur à cinq jours de formation par an, des mesures pour faciliter le travail de nuit dans l'e-commerce, l'extinction de la cotisation spéciale de sécurité sociale ou encore la possibilité de cumuler une partie de l'allocation de chômage avec les premiers salaires dans les métiers en pénurie. Il est également prévu de réformer le trajet de réintégration des malades de longue durée.

Le Voka y voit "des éléments positifs et négatifs" mais, globalement, l'organisation patronale dit "rester sur sa faim". "Ces réformes sont insuffisantes pour relever structurellement le taux d'emploi. Il est clair que le gouvernement fédéral tente avec un grand compromis de contenter un peu tout le monde mais au final, le travail est à moitié fait et c'est vraiment dommage", réagit en substance son administrateur délégué, Hans Maertens.

Le Voka s'attend en outre à ce que certaines réformes s'accompagnent "de charges administratives supplémentaires" pour les entreprises et déplore que d'autres mesures témoignent d'une certaine méfiance à l'égard des employeurs. L'organisation patronale dézingue notamment la suppression de l'exigence de certificat médical en cas d'absence d'un jour, mesure qui n'est pour l'heure prévue que pour les grandes entreprises.

Le Voka voit par contre d'un bon oeil les mesures relatives à l'activation des chômeurs et à la mobilité des travailleurs entre les régions, ainsi que la suppression de la cotisation spéciale de sécurité sociale.

Quant à l'organisation flamande d'indépendants, Unizo, elle veut "laisser le bénéfice du doute". L'Unizo redoutait surtout la suppression de l'exigence de certificat médical pour un seul jour d'absence, craignant une flambée des absences "du lundi" mais, à son grand soulagement, les PME ne sont pas concernées par cette suppression.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Direct économie

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs