Accueil Société

Pass sanitaire: en Wallonie, c’est le Far West

À part pour les événements, le pass sanitaire n’a pas encore de base légale au sud du pays. Ceux qui le réclament n’ont pas (encore) le droit de l’imposer.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Le Covid Safe Ticket imposé dans la culture, l’horeca ou le sport à partir de 16 ans, cela ne sera pas une réalité avant encore au moins deux semaines en Wallonie. La date qui circule désormais est le lundi 1er novembre.

En attendant, c’est un peu le Far West car plusieurs institutions comme l’hôpital Ambroise Paré à Mons ou des centres sportifs ont déjà commencé à le demander à leurs visiteurs. Une démarche qui ne repose donc sur aucune base légale. Le CST n’est obligatoire que dans le cas des événements de plus de 3.000 personnes en intérieur et 5.000 en extérieur.

Un restaurateur ou une patronne de salle de fitness ne peut donc pour l’instant pas utiliser l’argument d’une absence de pass sanitaire pour refuser l’entrée. Ce qui n’empêche pas de devoir respecter les protocoles déjà en vigueur comme à Liège où les règles ont été renforcées (retour des tables de 8 dans les restos, de la fermeture à 1 heure de nights shop…).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Legarou Marcel, jeudi 14 octobre 2021, 19:37

    C’esrt simple tout vacciné que je sois tant que le cst est exigé je ne rentre plus dans un restau ni un cinoche ni rien du genre Si tout le monde procédait de cette façon on les verrait vite tousser

  • Posté par Moriaux Raymond, jeudi 14 octobre 2021, 16:07

    Oui, bon, enfin, est-il désormais exclu de compter un peu sur soi-même et son entourage pour régler quelque problème que ce soit ? Tout le monde a besoin d'une prothèse pour tout dès qu'il sort de chez lui ? On se plaint quand il n'y a pas de règles et on les flingue dès qu'on en donne. Bref, on doit râler pour exister.

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs