Accueil Culture Livres

Antoine Wauters

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

L’intrigue. Mahmoud Elmachi, le vieux poète, a chanté autrefois les louanges du lac près duquel il vit et où, souvent, il plonge. Il faisait ainsi allégeance au président el-Assad, le père de l’actuel président syrien, et en éprouve quelques remords. Ceux-ci ne sont rien cependant en comparaison de la douleur de l’absence. Les femmes aimées, Leila et Sarah, ne sont plus là. Reste le paysage, menacé d’effondrement, et la poésie, menacée pour sa part d’inutilité. Déchiré entre le désir de vivre encore des instants de plénitude, comme le sauvetage d’un papillon à la surface du lac, et la proximité d’une fin matérialisée par un grain de beauté qui grossit, Mahmoud Elmachi traverse des sentiments contradictoires dont le roman en vers s’imprègne en même temps qu’il nous transporte vers une autre culture.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Droit de cuissage

Voici la nouvelle de Gilles Pellerin pour le nouveau numéro de la revue « Marginales ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs