Accueil Culture Livres

Zoé Derleyn

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

L’intrigue. L’eau du titre est l’environnement favori de la narratrice, 11 ans, plongée dans l’étang jusqu’à la taille dès le début de ce premier roman. Elle est chez ses grands-parents et cherche à comprendre quel est leur rapport avec le monde, à partir de quoi elle se construira peut-être le sien. C’est, au fond, bien mystérieux. La grand-mère entretient un dialogue silencieux avec un livre à couverture rouge qu’elle emporte tous les dimanches pour une messe qui, la seule fois qu’elle y est allée, n’a pas convaincu la petite fille. Le grand-père, malade et près de la fin, est à la fois partage et autorité, strict sur certaines choses, très ouvert sur d’autres. Quant à l’absence plutôt bienvenue de la mère, elle convient à la narratrice, qui ne veut pas être arrachée à un paradis personnel où Dirk la fait frémir.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs