Accueil Société

Des métallos de la FGTB portent plainte au pénal contre Integrale

Deux groupes d’obligataires sont en conflit avec Integrale concernant une émission d’obligations qui, dès la fin 2014, avait permis de lever plus de 75 millions d’euros.

Temps de lecture: 2 min

Une coupole qui rassemble les métallos FGTB de Wallonie et de Bruxelles, a porté plainte au pénal avec constitution de partie civile contre Integrale, poussant la désignation d’un juge d’instruction, rapporte L’Echo jeudi.

Deux groupes d’obligataires sont en conflit avec Integrale concernant une émission d’obligations qui, dès la fin 2014, avait permis de lever plus de 75 millions d’euros. Les obligataires qui avaient accepté de monter dans le bateau afin, entre autres, de renforcer la solvabilité d’Integrale, ont tout perdu dans la débâcle de l’assureur.

La Mutualité Générale de l’Éducation Nationale (MGEN, première mutuelle de santé en France), d’un côté, et des obligataires réunis par Deminor, d’un autre côté, ont intenté des actions en justice pour tenter de suspendre la vente d’Integrale à Monument Re.

Mais il semble qu’autre groupe d’obligataires tient à faire valoir ses droits et ce groupe est constitué de différentes centrales de la FGTB, essentiellement des métallos wallons et bruxellois.

Il apparaît que la MWB, une coupole qui rassemble les métallos FGTB de Wallonie et de Bruxelles, a bel et bien porté plainte au pénal avec constitution de partie civile contre Integrale, poussant la désignation d’un juge d’instruction. Parmi les administrateurs d’Integrale de l’époque, on retrouve, entre autres, François-Xavier de Donnea, Pol Heyse, Pierre Meyers, Jacques Tison et Diego Aquilina, tous d’anciens hommes forts de Nethys et de l’assureur, le premier étant l’actionnaire majoritaire du deuxième.

Lundi matin, le siège de l’assureur Integrale a été perquisitionné par des enquêteurs de la police judiciaire fédérale (PJF) de Liège qui cherchaient des informations concernant ce prêt accordé en 2018 par Integrale à Nethys,

Le quotidien a pris connaissance du fait mardi matin lors d’une audience qui opposait la MGEN aux administrateurs provisoires. Selon les informations de L’Echo, l’instruction est suivie par le parquet général de Liège et fait l’objet d’investigations de la PJF de Liège. Contacté à ce sujet, le parquet général n’a souhaité faire aucun commentaire.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko