Accueil Monde Afrique

Métis du Congo: «L’État belge n’a pas eu le courage d’aller jusqu’au bout», plaide l’avocate des parties civiles

Cinq femmes, nées au Congo entre 1946 et 1950, ont déposé plainte contre l’État belge pour crime contre l’humanité et ont introduit une action en responsabilité civile devant le tribunal de première instance de Bruxelles.

Temps de lecture: 2 min

« L’État belge n’a pas eu le courage d’aller jusqu’au bout, de nommer le crime, car sa responsabilité encourait des dommages et intérêts », a plaidé Me Michèle Hirsch, l’un des conseils de cinq femmes qui ont porté plainte contre la Belgique pour crime contre l’humanité au sujet de la ségrégation des enfants métis au Congo, jeudi matin, devant le tribunal civil de Bruxelles. « Des excuses pour l’Histoire oui, mais des réparations aux victimes, non », a affirmé l’avocate, faisant référence aux excuses qui avaient été prononcées par l’ancien Premier ministre, Charles Michel, en 2018.

« Mes clientes ont été enlevées, maltraitées, ignorées, expulsées du monde. Elles sont la preuve vivante d’un crime d’État non avoué, et bientôt il n’y aura plus personne pour témoigner. Si elles se battent pour que ce crime soit reconnu, c’est pour leurs enfants, leurs petits-enfants ? Car le traumatisme se transmet de génération en génération. Nous vous demandons de nommer le crime et de condamner l’État belge », s’est adressée à la juge Me Michèle Hirsch.

Cinq femmes, nées au Congo entre 1946 et 1950, ont déposé plainte contre l’État belge pour crime contre l’humanité et ont introduit une action en responsabilité civile devant le tribunal de première instance de Bruxelles. Nées de l’union d’un Belge et d’une Congolaise, durant la période où le Congo était une colonie belge, elles ont été arrachées à leur foyer pour être placées dans des orphelinats, comme de nombreux autres enfants métis.

En 2018, Charles Michel, alors Premier ministre, a présenté ses excuses au nom de l’État belge pour la ségrégation des enfants métis au Congo, au Rwanda et au Burundi. Mais pour les plaignantes, cela ne suffit pas.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Stassart Guy, jeudi 14 octobre 2021, 13:02

    Du pognon voilà le but de cette plainte. S'en mettre plein les poches sur notre argent alors que nous n'y sommes pour rien tout cela avec l'aide d'avocats gauchistes.

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs