Accueil Culture Scènes

«Les yeux rouges»: regarder le cyberharcèlement dans le blanc (purulent) des yeux

Myriam Leroy adapte son roman à la scène. « Les yeux rouges » y devient un thriller très noir qui ne fait pas simplement le procès d’un harceleur mais confronte un système – les réseaux sociaux – aux mécanismes délétères pour la société dans son ensemble. Au Poche.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Il l’écoutait à la radio. Il appréciait ses chroniques. Il avait perçu comme une fêlure dans son regard. Alors il lui avait envoyé un message privé sur Facebook. Au début, le ton était policé. En apparence aussi inoffensif que les LOL et les émojis clin d’œil qu’il glissait dans ses commentaires. Certains signes pourtant auraient dû l’alerter. Le déferlement crescendo des messages, ses « like » compulsifs, son comportement de plus en plus intrusif. Mais voilà, il la flattait. Et puis, ils avaient 48 amis en commun, de quoi avoir confiance, non ? Voilà comment Myriam Leroy a mis le pied dans l’engrenage, ou plutôt les doigts sur un clavier glissant. Un calvaire psychologique de quatre ans qu’elle a exorcisé dans un roman, Les yeux rouges , aujourd’hui adapté au théâtre dans une mise en scène de Véronique Dumont.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs