Accueil Opinions Chroniques

«Je dirais même plus»: La fureur de vivre

Si les maladies disparaissent, à quoi pourrait-on encore succomber ?

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 3 min

Le gouvernement vivaldien a réussi à serrer les rangs de son équipe hétéroclite en fêtant la rentrée politique avec une décision audacieuse : la fin des maladies de longue durée. On le sait depuis la nuit des temps, la meilleure façon de souder le peuple autour de ses dirigeants est de lui trouver un ennemi extérieur. Les malades, quel excellent bouc émissaire ! D’autant qu’ils sont généralement trop faibles pour réagir. Comme le disait Machiavel, vaut mieux s’attaquer à moins fort que soi. De préférence malade et au lit.

D’ailleurs, le coup semble sur le point de réussir. Depuis l’annonce du Premier cette semaine à la tribune de la Chambre, c’est la panique dans le monde des microbes, virus et autres crasses. Leurs représentants songent très sérieusement à faire appel aux instances internationales, à l’ONU même, pour s’opposer à cette hécatombe, ce crime de masse, ce génocide programmé.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs