Accueil Monde Europe

Attaque en Norvège: un nouveau bilan, la piste de l’acte terroriste se précise

Le dernier bilan de l’attaque à l’arc qui a eu lieu ce mercredi soir en Norvège fait état de cinq morts et trois blessés. Le suspect a notamment utilisé un arc et des flèches pour attaquer ses victimes. Il s’était converti à l’islam, selon la police, et était déjà apparu dans le radar des services de sécurité en raison de soupçons de radicalisation.

Temps de lecture: 2 min

L’attaque à l’arc qui a fait cinq morts et trois blessés en Norvège ressemble à ce stade à un « acte terroriste », ont estimé les services de sécurité norvégiens (PST) jeudi, contribuant à conforter la piste du terrorisme islamiste. La police, de son côté, a désigné l’auteur présumé de l’attaque qui a endeuillé la ville de Kongsberg (sud-est) mercredi soir : Espen Andersen Bråthen, un citoyen danois de 37 ans converti à l’islam et suspecté par le passé de radicalisation.

« Les événements à Kongsberg ont les apparences d’un acte terroriste à ce stade, mais l’enquête tirera davantage au clair ce qui les a motivés », a précisé le PST dans un communiqué à la mi-journée.

Le suspect était connu des services antiterroristes

Résident de cette petite ville sans histoire d’environ 25.000 habitants à quelque 80 kilomètres à l’ouest d’Oslo, Bråthen a été arrêté mercredi soir, peu après l’attaque sanglante au mode opératoire inhabituel.

Le suspect, qui a reconnu les faits lors de son interrogatoire durant la nuit, « est connu du PST », ont indiqué les services chargés de l’antiterrorisme.

Un juge se prononcera vendredi matin sur son placement en détention provisoire, probablement en son absence selon une procédure simplifiée. Selon la procureure en charge du dossier, il devait également subir des examens psychiatriques.

Craintes liées à une radicalisation

Selon des médias norvégiens, Bråthen a été visé par deux décisions judiciaires dans le passé : une interdiction l’an dernier de rendre visite à deux membres proches de sa famille après avoir menacé de tuer l’un d’eux et un cambriolage et achat de haschich en 2012.

Une vidéo de lui remontant à 2017 a également été mise au jour par plusieurs médias. On l’y voit faire une profession de foi d’un ton menaçant. « Je suis un messager. Je suis venu avec un avertissement : est-ce vraiment ce que vous voulez ? Soyez témoin que je suis musulman », y déclare-t-il.

« Il y a eu des craintes liées à une radicalisation précédemment », a expliqué un responsable de la police, Ole Bredrup Saeverud, lors d’une conférence de presse. Ces craintes remontaient à 2020 et avant, et avaient donné lieu à un suivi de la police, a-t-il dit.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs