Accueil Culture Livres

«Madame a des envies, le premier film féministe»

Clandestine de l’histoire du 7e Art, pionnière du muet, première femme réalisatrice, Alice Guy est une étoile oubliée du cinéma. Catel et Bocquet rembobinent les images de sa vie. Lisez le premier chapitre.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 4 min

Léon Gaumont, fondateur de la plus ancienne compagnie de cinéma encore en activité dans le monde, l’a oubliée dans ses mémoires. En 1894, il avait engagé Alice Guy comme sténodactylo. Trois ans plus tard, elle tournait pour lui son premier court-métrage, La Fée aux choux . En 1902, après avoir mis en boîte plusieurs dizaines de films, elle devient la directrice de son « théâtre de prises de vues ».

Un peu plus tard, elle engage pour la Gaumont Louis Feuillade, futur réalisateur des Fantômas. Entre-temps, cette pionnière invente le péplum avec La Naissance, la Vie et la Mort du Christ , un blockbuster dans lequel elle dirige 300 figurants. Puis son mari, Herbert, l’entraîne à New York, où Alice fonde la Solax et ose A Fool and His Money , le premier film avec des acteurs afro-américains.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs