Accueil Opinions Cartes blanches

Finances: les régions, les villes et les villages européens ont des raisons de s’inquiéter

Le dernier Baromètre des villes et des régions montre les collectivités locales et régionales de l’Union ont vu leurs dépenses augmenter d’environ 125 milliards d’euros, tandis que leurs recettes chutaient de quelque 55 milliards. L’UE doit prendre différentes mesures pour aider les régions à absorber ces chocs sur leurs finances.

Carte blanche - Temps de lecture: 5 min

Nous commençons tout juste à comprendre ce que seront les conséquences sociales et économiques de la crise du covid sur nos territoires. Pour mieux mesurer l’impact de la pandémie sur les régions, les villes et les villages, le Comité européen des régions (CdR) a publié l’édition 2021 de son baromètre régional et local.

Les collectivités locales et régionales ont la lourde charge de fournir à leurs administrés des services publics et des services de santé de qualité. Le baromètre nous apprend qu’en 2020, les collectivités locales et régionales de l’Union ont vu leurs dépenses augmenter d’environ 125 milliards d’euros, tandis que leurs recettes chutaient de quelque 55 milliards d’euros.

Il en découle un déficit d’environ 180 milliards d’euros au niveau européen, correspondant à une perte de 130 milliards aux niveaux régional et intermédiaire, et de 50 milliards pour les municipalités. En Belgique, l’augmentation des dépenses et la baisse des recettes ont créé en 2020 un écart de 6,3 milliards d’euros pour les autorités régionales et locales belges.

L’Union européenne et ses États membres ont le devoir d’aider de toute urgence les collectivités locales à absorber les chocs sur leurs finances, y compris en recourant aux plans de relance nationaux.

Le baromètre nous enseigne qu’en dépit du rôle crucial que jouent les collectivités locales et régionales dans la tâche de reconstruction et de réaction imposée par la crise, elles sont souvent exclues de la prise de décision et de la mise en œuvre des plans nationaux pour la reprise et la résilience. Nous risquons de ne pas atteindre les objectifs de la relance parce que les stratégies ne tiennent pas compte des besoins réels, de la diversité et des disparités de nos territoires.

Il est impératif que les gouvernements nationaux mettent en œuvre les plans de relance en associant les régions et les villes. Compte tenu des responsabilités qui sont les nôtres dans des domaines tels que les marchés publics, les transports, l’action pour le climat, la santé ou encore l’éducation, nous devons être des acteurs clés de la gouvernance des plans.

Renforcer la résilience des systèmes régionaux

Notre baromètre met aussi en évidence de fortes disparités quant aux effets de la pandémie sur la santé de nos concitoyens. Il montre que nous devons cibler notre action en tenant compte des spécificités régionales et locales. Pour être mieux protégés, nous devons réévaluer la répartition des compétences sanitaires entre les différents niveaux de gouvernement. Il y aurait lieu que l’Union investisse davantage dans le renforcement de la résilience des systèmes régionaux, et qu’elle coordonne les « tests de résistance des capacités » dans le but d’évaluer leur degré de préparation aux crises.

Les plans nationaux pour la reprise et la résilience représentent une occasion historique de faire avancer la relance verte. Cependant, si la déclaration de la COP 26 de Glasgow est dépourvue de dimensions locale et régionale claires, ses chances d’obtenir des résultats concrets seront compromises. La délégation européenne à la COP 26 doit se porter garante de cette dimension locale, car des centaines d’exemples illustrent de manière emblématique comment les villages, les villes et les régions investissent dans une relance durable après le covid.

Une fracture numérique abyssale

Partout en Europe, la pandémie a mis en évidence une fracture numérique abyssale entre les différentes collectivités locales et régionales. La couverture totale des ménages européens disposant de réseaux à très haute capacité est de 44 % en zone urbaine contre 20 % en zone rurale. L’Union européenne et ses États membres doivent de toute urgence investir : la cohésion numérique est une condition essentielle d’une reprise solide et inclusive.

La cohésion numérique est une condition essentielle d’une reprise solide et inclusive et l’Union européenne et ses États membres doivent de toute urgence investir.

Nous avons complété le baromètre par un sondage d’opinion mené auprès d’élus locaux et régionaux de toute l’Union européenne. En Belgique, 81 % des élus interrogés pensent que les régions, les villes et les villages n’ont pas suffisamment d’influence sur l’avenir de l’Union. Les régions et les villes veulent peser davantage sur des thématiques telles que l’économie, la justice sociale, le changement climatique et l’environnement.

Ignorer cet appel conduirait à approfondir encore la fracture entre l’Union européenne et ses territoires. La conférence sur l’avenir de l’Europe doit être le lieu où sera lancée une véritable réflexion sur le modèle démocratique de l’Union européenne.

Nouer un véritable partenariat

L’Union européenne est infiniment plus riche, diversifiée et complexe que ses vingt-sept États membres. L’Union européenne, ce sont quelque 230 régions, 90.000 municipalités et plus de 1,1 million d’élus locaux qui représentent plus de 450 millions de personnes. Le baromètre régional indique que neuf collectivités locales et régionales sur dix pensent qu’une participation renforcée des collectivités infranationales au processus décisionnel européen améliorerait la démocratie européenne.

L’Union européenne doit nouer un véritable partenariat avec ceux qui sont les piliers de notre « maison de la démocratie européenne », à savoir les présidents, les maires et les conseillers siégeant dans des assemblées élues à l’échelon local et régional. Cette vérité ne peut être ignorée si l’on veut bâtir ensemble un avenir plus prospère, plus juste et plus résilient pour nos concitoyens.

À lire aussi Chronique «Détours wallons»: mon bourgmestre, ce héros À lire aussi Reconstruire la Wallonie: le défi ultime du gouvernement Di Rupo

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs