Accueil Société

Suspicions d’agressions sexuelles: le bourgmestre d’Ixelles songe à fermer le Waff et El Café

Près de 1.300 personnes ont pris part jeudi soir au Cimetière d’Ixelles à une marche en soutien aux victimes de violences sexuelles. Christos Doulkeridis envisage de fermer Le Waff et El Café.

Temps de lecture: 2 min

Une marche en soutien aux victimes de violences sexuelles a réuni près de 1.300 personnes jeudi soir à Ixelles, selon la police. « Mon corps, mon choix et ferme ta gueule », « Violeur, à toi d’avoir peur » : pouvait-on entendre dans le cortège. Une délégation a été reçue par le bourgmestre d’Ixelles, Christos Doulkeridis, à la fin de la manifestation.

« Le bourgmestre a très bien expliqué ce qu’il fait et entend faire, au-delà de la décision de fermeture immédiate des deux bars (pour laquelle il veut monter un dossier qui pourra éventuellement résister aux recours) et du renforcement de la présence policière demandé par les filles et dans les limites imposées par les procédures judiciaires en place », a expliqué sur sa page Facebook Monica Frassoni, conseillère communale d’Ixelles.

Le bourgmestre songerait donc à fermer les deux bars. « On regarde pour constituer un dossier solide juridiquement en vue d’une éventuelle fermeture mais rien n’est décidé pour l’instant, a-t-il indiqué à Sudpresse. On attend les informations nécessaires mais étant donné qu’une instruction est en cours ce n’est pas si évident. En tout cas, c’est en réflexion. »

BRUSSELS MARCH PROTEST SEXUAL VIOLENCE (2)

BRUSSELS MARCH PROTEST SEXUAL VIOLENCE (3)

BRUSSELS MARCH PROTEST SEXUAL VIOLENCE (4)

BRUSSELS MARCH PROTEST SEXUAL VIOLENCE (5)

BRUSSELS MARCH PROTEST SEXUAL VIOLENCE (7)

BRUSSELS MARCH PROTEST SEXUAL VIOLENCE (8)

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Staquet Jean-Marie, vendredi 15 octobre 2021, 14:36

    « On vous croit, on vous croit », ça sonne bien dans l’ambiance actuelle. Mais rappelez-vous sur quoi a fini par déboucher le « On vous croit, on vous croit » à l’époque de l’affaire Dutroux (Di Rupo pourrait vous en parler)…

  • Posté par Dupont Vincienne, vendredi 15 octobre 2021, 16:14

    Pour ma part, c'est plutôt les conséquences du "on vous croit" des jeunes filles blanches qui accusaient des Noirs de viol dans le Sud des Etats-Unis il y a moins d'un siècle qui me fait peur. Quand quelqu'un se plaint d'avoir été agressé il faut toujours prendre sa plainte au sérieux (et enquêter vraiment) mais JAMAIS croire cette personne sur sa simple parole. Procéder ainsi, c'est fermer la porte à la présomption d'innocence et l'ouvrir au lynchage. C'est la fin de la justice.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, vendredi 15 octobre 2021, 14:33

    Bon… et qu’est-ce qui est réellement avéré dans cette affaire? À savoir: quel fait légalement punissable, établi et avec un ou des auteurs identifiés…

  • Posté par Mauer Marc, vendredi 15 octobre 2021, 17:04

    Vous soulevez le problème : rien ! Peut-être demain, plaintes, enquêtes, mises en examen … Mais à ce stade, rien que du vent !

  • Posté par lambert viviane, vendredi 15 octobre 2021, 14:27

    Les victimes doivent porter plainte, la police doit recevoir ces plaintes et assurer leur suivi et ensuite, la justice fera son travail. Je suis effarée d'entendre lesdites de ce Bourgmestre

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko