Accueil Culture Cinéma

La double vie d’Irène Jacob, nouvelle présidente de l’Institut Lumière de Lyon

L’actrice fétiche de Kieslowski a été élue à l’unanimité pour succéder à Bertrand Tavernier, décédé en mars dernier. Elle a fait ses premiers pas dans sa nouvelle fonction au Festival Lumière qui se déroule en ce moment à Lyon.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Grandir à quelques pas du grand accélérateur de particules du Cern, à Genève, a-t-il prédestiné Irène Jacob, fille de physicien et actrice fétiche de Kieslowski, à devenir un accélérateur de pellicules ? En acceptant la présidence de l’Institut Lumière à Lyon, poste vacant depuis le décès de Bertrand Tavernier en mars dernier, l’actrice de 55 ans s’engage dans une nouvelle aventure cinématographique. « Continuer de faire exister, sur le lieu de naissance du Cinématographe, un lieu public qui préserve et enchante l’histoire du cinéma. Accompagner les développements de l’Institut Lumière du côté de la photographie, de la restauration de l’œuvre des Lumière, du Projet Max Linder mais aussi des nouveaux enjeux du cinéma et de son public, pour continuer d’inventer les liens que l’institution de la rue du Premier-Film ne cesse de tisser entre les grandes œuvres de l’histoire et le cinéma contemporain. » Telle est sa mission. Son nom fait immédiatement écho au cinéma d’auteur de haute volée.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs