Accueil Culture

Violences policières: «Combien de morts faut-il pour qu’on se dise que c’est trop?»

« Ma Andi Mangoul », qui se joue en ce moment à l’Epicerie, parle des violences policière. Salim Haouach, se plonge dans les souvenirs de son père et les expériences vécues par ses connaissances pour aborder la question.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Dans Ma Andi Mangoul , actuellement à l’Epicerie, Salim Haouach échange (virtuellement) avec son père qui, à la fin des années 80, a participé à une expérience inédite de la police : apprendre la langue arabe à des gendarmes belges pour faciliter la communication avec les familles immigrées. A ce récit, Salim Haouach juxtapose ses interrogations inquiètes sur le rapport actuel entre la police et les jeunes issus de l’immigration à Bruxelles.

Jouer cette pièce sur les violences policières à Molenbeek ou Anderlecht, ce n’est pas anodin. Ce sont des communes qui payent un lourd tribut ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs