Accueil Culture Scènes

«Oleanna»: où la tyrannie prend plusieurs visages

En 1992, David Mamet a écrit une pièce qui détricote #MeToo avant même que #MeToo ne devienne un mouvement. Une pièce ambiguë, qui questionne le pouvoir et les privilèges sans jeter d’anathèmes. Un duel brillant, entre manipulation et provocation aux Galeries.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

John, professeur d’université, est-il un quadragénaire affable et naïf ou un manipulateur pervers, imbu des privilèges patriarcaux qui l’ont chouchouté jusque-là ? Et Carol ? Est-elle une jeune étudiante candide ou une arriviste obtuse et sans vergogne ? Il est malin, David Mamet parce que, jusqu’au bout de sa pièce, Oleanna , il nous est impossible de trancher complètement, perclus que nous sommes de doutes après avoir assisté aux joutes musclées des deux protagonistes.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs