Accueil Monde Europe

Député britannique poignardé: la protection policière de tous les élus est envisagée

La mise en place d’une protection policière pour les députés est étudiée en ce moment. Il y a quelques jours, un député britannique a été poignardé à plusieurs reprises.

Temps de lecture: 2 min

La ministre de l’Intérieur britannique Priti Patel a déclaré dimanche que le gouvernement étudiait la mise en place d’une protection policière pour les députés après le meurtre terroriste d’un parlementaire dans sa permanence. En outre, le suspect avait été orienté vers le programme national de lutte contre la radicalisation, mais ne l’a pas suivi longtemps, selon des médias britanniques.

« Nous devons combler les lacunes » en termes de dispositifs de sécurité entourant les députés, a déclaré Mme Patel sur la chaîne SkyNews. Interrogée sur la mise en place d’une protection policière pour les députés dans leurs circonscriptions, la ministre a déclaré que « toutes les options étaient envisagées actuellement » et qu’une « série de mesures » avait déjà été mise en place depuis le meurtre du député David Amess vendredi.

Quelque 650 députés ont été contactés par la police et des policiers ont protégé les lieux où se tenaient des permanences parlementaires samedi.

Poignardé plusieurs fois

Le député conservateur de 69 ans, qui siégeait depuis 38 ans au Parlement, a été tué à coups de couteau vendredi dans l’église méthodiste où il recevait ses administrés, à Leigh-on-Sea, à environ 60 km à l’est de Londres.

Un homme de 25 ans a été arrêté sur place et l’enquête, confiée à la direction antiterroriste, révèle selon les premiers éléments « une motivation potentielle liée à l’extrémisme islamiste ». L’homme interpellé serait un ressortissant britannique d’origine somalienne nommé Ali Harbi Ali, selon la BBC.

Orienté il y a plusieurs années vers le programme basé sur le volontariat Prevent destiné aux personnes présentant un risque de radicalisation, selon le même média, il n’y aurait pas été très assidu et n’a jamais été officiellement un « sujet d’intérêt » pour l’agence de sécurité nationale.

Les enquêteurs ont jusqu’à vendredi pour interroger cet homme de 25 ans, après l’avoir placé en détention en vertu de la loi sur le terrorisme, ce qui leur permet de prolonger sa détention. Les services de police et de sécurité pensent que l’assaillant a agi seul et qu’il était « auto-radicalisé », selon le Sunday Times.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs