Accueil Culture Livres

Les notes bleues de Jacques de Loustal

Le maître de la couleur signe deux éblouissements graphiques à trente ans d’intervalle.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 4 min

Fin 1985, Jacques de Loustal dessinait les premières notes bleues du saxophoniste Barney Wilen sur un synopsis de Philippe Paringaux, le monstre de Rock’n folk. Barney Wilen, c’était ce mec incroyable qu’on entendait sur la bande originale d’Ascenseur pour l’échafaud à côté de Miles Davis ou celle des Liaisons dangereuses avec Art Blakey.

Le pinceau de Jacques de Loustal s’était mis au diapason de sa mélancolie pour rhabiller le musicien de lumière et le tirer de l’oubli. Prépublié dans le légendaire magazine A Suivre, Barney et la note bleue a fait date dans l’histoire du roman graphique avec ses cases en voix off vidées de tout phylactère, où le lecteur plongeait dans l’image la bouche ouverte. Les textes raides comme un trait de vodka signés par Paringaux arrachaient des larmes aux âmes sensibles. Jamais auparavant une bande dessinée n’avait autant sonné comme un air de jazz.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs