Accueil Société Régions Wallonie

Exportations d’armes: quatre ONG imposent le débat au parlement wallon

Amnesty International, la CNAPD, la Ligue des droits humains et Vredesactie, qui dénoncent l’opacité de la procédure d’octroi de licences, ont recueilli les mille signatures leur donnant le droit d’être auditionnées par les élus.

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

En Wallonie, comme dans la plupart des pays, les exportations d’armes sont réglementées ; elles doivent recevoir l’aval des autorités, via l’octroi de licences. Mais voilà : pour Amnesty International, la Coordination Nationale d’Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD), la Ligue des droits humains et Vredesactie (Action pour la paix), la procédure wallonne est si peu transparente qu’elle ne permet ni le contrôle citoyen, ni le contrôle parlementaire.

Les ONG, qui dénoncent depuis longtemps cette opacité, ont déposé, le 18 juin dernier, une pétition au parlement wallon dans le but de recueillir (au moins) les mille signatures leur donnant le droit d’être auditionnées par les élus. L’objectif est atteint : dimanche, à la veille de l’échéance fixée ce lundi 18 octobre, leur pétition ayant été signée par 1.040 citoyens et citoyennes.

Une procédure particulièrement opaque

« La Wallonie exporte des armes vers des pays où le risque est réel qu’elles soient utilisées en violation des droits humains et du droit international humanitaire, par exemple vers l’Arabie saoudite qui mène des opérations militaires au Yémen. Et nous savons que des armes wallonnes ont été utilisées au Yémen. De même, des cartels mexicains utilisent des armes fabriquées en Wallonie. Pour nous, on ne devrait plus exporter des armes vers ce genre de pays », explique François Graas, coordinateur des campagnes d’Amnesty International.

« Or, les rapports trimestriels sur les licences d’exportation ne sont consultables à huis clos que par les cinq députés de la sous-commission de contrôle des licences d’armes, par ailleurs tous membres de la majorité. Et le rapport annuel, qui est public, n’est disponible qu’avec beaucoup de retard. Ainsi, le rapport 2019 a été rendu en novembre 2020 ; et nous attendons toujours celui de 2020. En outre, les informations sont lapidaires : le nombre de licences, et leur montant en euros, acceptées ou refusées, selon les pays. Point à la ligne », poursuit-il.

Selon les ONG, la procédure wallonne est particulièrement opaque – « même en comparaison, avec de la France, qui est pourtant un grand exportateur d’armes », insiste François Graas. « En Flandre, par exemple, un rapport mensuel, plus détaillé, est disponible en ligne. »

Connaître la destination finale

Les quatre ONG demandent donc « que soient rendues publiques les décisions d’octroi (ou de refus) de licence, ainsi que les décisions de la Commission d’avis sur les licences d’exportations d’armes » ; et que les rapports soient publiés plus fréquemment, dans des délais raisonnables, et que « les informations soient uniformisées avec celles dont dispose la douane afin de permettre une réelle lisibilité des exportations. »

Il s’agit aussi, précise François Graas, que « les parlementaires et les citoyennes et citoyens puissent connaître la destination réelle des armements exportés » – ce qui, assure-t-il, n’est pas toujours le cas, citant l’exemple des tourelles de char fabriquées par l’entreprise John Cockerill (anciennement CMI) et exportés vers le Canada, où elles sont montées sur du matériel roulant Bombardier vendu à l’Arabie saoudite.

Ainsi, le rapport annuel européen sur les exportations d’armes en 2020, publié au début du mois, ne mentionne ainsi aucune licence d’exportation accordée l’an passé en Wallonie à destination d’Arabie saoudite.

Or, selon l’Observatoire des armes wallonnes, créé à l’initiative d’Amnesty et d’autre ONG, « trois quarts des exportations réelles d’armes wallonnes en 2020 ont eu pour destination finale l’Arabie saoudite, en contradiction totale avec l’appel du Parlement européen à s’abstenir de vendre des armes ce pays. »

« La Wallonie s’abstient très bien – trop bien – de respecter le droit international et son propre décret sur le commerce des armes », accusent les quatre ONG, qui insistent sur « la nécessité de mettre en place des mécanismes permettant un contrôle réellement démocratique des exportations d’armes wallonnes. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Dagnelie Raphaël, lundi 18 octobre 2021, 17:30

    Les clients potentiels achèteront les armes dans d'autres pays. Le grand perdant ce sera la Wallonie. En plus beaucoup de ces entreprises sont des multinationales.

  • Posté par Raurif Michel, lundi 18 octobre 2021, 13:50

    Non, pas d'enquête sur ces ONG ! Suppression total des subventions de l'Etat et dissolution de ces ONG !!!!

  • Posté par STORDIAU Pierre, lundi 18 octobre 2021, 12:53

    4 mois pour que ces 4 organisations dites "représentatives" ... n'obtiennent que finalement ... un millier (1.040) de pauvres signatures sur nos onze MILLIONS de Belges ! LOL . Sans doute que nos pauvres "représentants" ont dû mendier lesdites signatures auprès des familles ... jusqu'à devoir remonter aux aïeux grabataires ! Le DIKTAT par ces MINORITÉS DOIT CESSER ! NOT IN MY NAME !

  • Posté par D Marc, lundi 18 octobre 2021, 8:28

    Ces ONG demandent à la Wallonie de "se tirer une balle dans le pied". Nos amis de la Région flamande peuvent continuer leur commerce d'armes (non FN) et de produits chimiques sans être obligés de se justifier.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 18 octobre 2021, 8:09

    On pourrait aussi faire des auditions sur l’opacité du financement des ONG…

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo