Accueil Monde États-Unis

Pourquoi Colin Powell est un secrétaire d’Etat américain qui est entré dans l’histoire

L’ancien secrétaire d’Etat sous George W. Bush, Colin Powell, est décédé à l’âge de 84 ans de « complications liées au covid ».

Temps de lecture: 2 min

Colin Powell est décédé à l’âge de 84 ans à l’hôpital Walter Reed, situé dans la banlieue de Washington, où sont souvent soignés les présidents américains. L’ancien secrétaire d’Etat sous George W. Bush a succombé à des « complications liées au covid », a annoncé sa famille lundi.

Né le 5 avril 1937 à Harlem, Colin Powell a grandi à New York, où il a étudié la géologie.

Il avait commencé sa carrière militaire en 1958. D’abord basé en Allemagne, il avait ensuite été envoyé au Vietnam où il avait été chargé d’enquêter sur le massacre de My Lai, considéré comme l’un des épisodes les plus noirs de l’histoire de l’armée américaine. Le ton de son rapport avait été critiqué, certains considérant qu’il rejetait toute faute imputable aux militaires.

Pourquoi il est entré dans l’histoire

M. Powell est le premier Afro-Américain à avoir occupé le poste de chef d’état-major des armées, avant de devenir chef de la diplomatie américaine sous la présidence du républicain George W. Bush.

L’histoire retiendra surtout de lui son rôle dans le déclenchement de la guerre en Irak. Le 5 février 2003, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, Colin Powell avait fait une longue allocution sur les armes de destruction massives prétendument détenues par l’Irak, des arguments qui ont servi à justifier l’invasion du pays par les Américains.

Sur cette photo d'archive prise le 5 février 2003, le secrétaire d'État américain Colin Powell brandit une fiole dont il a dit qu'elle était de la taille de celle qui pourrait contenir de l'anthrax, alors qu'il s'adresse au Conseil de sécurité des Nations unies à New York.
Sur cette photo d'archive prise le 5 février 2003, le secrétaire d'État américain Colin Powell brandit une fiole dont il a dit qu'elle était de la taille de celle qui pourrait contenir de l'anthrax, alors qu'il s'adresse au Conseil de sécurité des Nations unies à New York. - AFP.

Il a admis par la suite que son intervention était une « tache » sur sa réputation : « C’est une tache parce que je suis celui qui a fait cette présentation au nom des États-Unis devant le monde, et cela fera toujours partie de mon bilan. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en USA

Affaire Epstein: un 2e témoin confirme le rôle de Ghislaine Maxwell

A l’instar de la première victime qui a raconté la semaine dernière les abus sexuels de Jeffrey Epstein quand elle n’avait que 14 ans, ce témoin a confirmé le rôle que jouait l’accusée, jugée pour avoir recruté de 1994 à 2004 de jeunes filles mineures afin de les mettre à disposition du financier américain mort en prison en 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs