Accueil Culture Cinéma

Bérénice Béjo : « Cannes, c’est l’excès pour le pire comme pour le meilleur »

L’actrice mise en lumière par « The Artist » et « Le passé » fait l’ouverture de La Quinzaine des réalisateurs avec le nouveau film de Marco Bellocchio. Elle est aussi à l’affiche de « L’économie du couple » de Joachim Lafosse, présenté ce vendredi 13 mai à La Quinzaine. A Cannes, elle a connu la gloire, la consécration et le lynchage.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Bérénice Bejo a monté les marches de Cannes en 2011 avec The Artist, de Michel Hazanavicius, et a connu le tourbillon du buzz cannois qui mène au succès. Elle les a à nouveau montées en 2013 avec Le passé, de Asghar Farhadi, qui lui valut le Prix d’interprétation. Un an plus tard, elle se retrouve en compétition avec The Search, de Michel Hazanavicius, mais le film est lynché par la critique. Cette année, elle fait coup double à La Quinzaine des réalisateurs avec le film d’ouverture Fais de beaux rêves, de Marco Bellocchio, et L’économie du couple de notre compatriote Joachim Lafosse. A cette occasion, nous lui avons demandé de se souvenir de ces précédents Cannes.

Voir la vidéo sur mobile

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs