Accueil Société

Agressions sexuelles à Ixelles: la mise au point du parquet

Le parquet dément certaines rumeurs qui courent sur les réseaux sociaux.

Temps de lecture: 2 min

Le parquet de Bruxelles, qui parle de « plusieurs plaintes », rappelle que « l’enquête suit son cours » et ne confirme pas les rumeurs « d’audition » de la « personne visée par les réseaux sociaux ». Par ailleurs, alors que plusieurs comptes relayaient ce week-end l’existence d’une plainte concernant des agressions au Belga, le parquet a également fait part de l’absence de plaintes à sa connaissance pour « fait de moeurs » dans ce bar ixellois.

Selon le cabinet de Sarah Schlitz (Ecolo), secrétaire d’Etat à l’Egalité des genres, les chiffres actuels du Centre de prévention des violences sexuelles de Bruxelles indiquent une augmentation importante des patientes, notamment suite au déconfinement et à la libération et la prise en compte de la parole des victimes. La secrétaire d’Etat a également expliqué sur La Première cette hausse du nombre de victimes par la notoriété donnée à ce centre depuis la révélation de violences sexuelles survenues notamment dans des bars du quartier estudiantin d’Ixelles.

Face à ce constat « interpellant », la secrétaire d’Etat compte partager ses informations au cours d’une réunion d’urgence entre son cabinet et celui des ministres de l’Intérieur et de la Justice, comme annoncé ce vendredi par Le Soir, pour permettre de « mieux se coordonner en matière de prévention et de répression des violences sexuelles ». Le phénomène d’utilisation du GHB, appelé aussi « drogue du viol », la formation des policiers – prévu dans le futur Plan d’Action National de lutte contre les violences de genre – ainsi que le nombre de magistrats pour faits de mœurs (au nombre de trois à Bruxelles) devraient être discutés. Sarah Schlitz devrait, en amont, rencontrer le bourgmestre d’Ixelles, Christos Doulkeridis (Ecolo).

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Van de Vijvere Véronique, vendredi 22 octobre 2021, 4:57

    C'est assez incroyable d'utiliser le terme patiente dans un tel contexte. Reconnaître les victimes ça commence aussi par le choix des mots.

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko