Accueil Monde Union européenne

Tensions UE-Pologne: von der Leyen défend les valeurs européennes, Morawiecki ne cède rien

Le chef du gouvernement conservateur nationaliste polonais, Mateusz Morawiecki, affronte ce mardi les eurodéputés réunis à Strasbourg.

Temps de lecture: 1 min

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a averti mardi à Strasbourg qu’elle agira pour défendre les « valeurs communes » de l’UE, après la décision du tribunal constitutionnel polonais contestant la primauté du droit européen.

« Nous ne laisserons pas nos valeurs communes être mises en danger. La Commission agira », a déclaré Mme von der Leyen devant le Parlement européen en présence du Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.

Ce dernier lui a répondu dans la foulée. La Pologne rejette le « chantage » de l’Union européenne en matière de droit, le Premier ministre Mateusz Morawiecki, affirmant que la Constitution reste « la loi suprême » pour son pays.

« Je rejette ce langage des menaces ou de la coercition (…). Le chantage devient une méthode habituelle de certains Etats membres, ce n’est pas là la base de la démocratie », a critiqué M. Morawiecki, s’exprimant devant les eurodéputés, alors que Varsovie est dans le viseur de Bruxelles, après une récente décision du tribunal constitutionnel polonais contestant la primauté du droit européen.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par HERMAN Romuald, mardi 19 octobre 2021, 16:22

    Et c’est quoi, les « valeurs européennes communes » ? Ultra-capitalisme, mondialisation forcenée, dumping social, soumission aux multinationales, capitulations devant le bœuf argentin et le commerce canadien, évasion fiscale impunie des plus nantis, immigration bénie en vue du grand remplacement, libre circulation surtout des capitaux, création d’une monnaie unique où les consommateurs ont bien été bernés, surtaxation du travail et des travailleurs, privatisations forcées, reniement de la culture occidentale au profit des islamo-écolos (les uns sortis du moyen-âge, les autres voulant y retourner), censures diverses et sournoises au profit du politiquement correct (à grands coups d’Occident bashing, de remises en cause gratuites et souvent stupides de notre histoire), imposition par la force au moyen des médias subventionnés (et aux ordres) de la Nouvelle Bien-pensance universelle (à grands renforts d’#MeTruc ou d’#Black Lives Matter…), corruption des élus, création d’une élite eurocratique grassement payée, Parlement européen devenu retraite dorée des vétérans politiques du Vieux continent… Sans parler de la grosse tête d’une Europe voulant absolument imposer ses valeurs « démocratiques » au reste du monde… Ni d’une Europe « démocratique » se foutant pas mal de ce que veulent ou pensent ses propres peuples… C’est ça, les « valeurs européennes » du nain de jardin mondial ?...

  • Posté par Vigneron Anne, mardi 19 octobre 2021, 13:56

    Il faut sortir de cette Europe qui prône le totalitarisme. A part payer des incompétents comme ce brave Michel qu'on récompense de son incompétence en l'envoyant à l'Europe. Et le bon peuple , ce troupeau sans bouche soumis à ces dictats accepte tout

  • Posté par Desmet Marc, mardi 19 octobre 2021, 13:34

    Lorsqu'on signe un contrat en connaissance de cause ("En sachant ce que l'on fait ou dit".) on le prend en entier, avec les avantages et les inconvénients. Ils ont signé, si les Polonais veulent rester dans l'UE, ils n'ont qu'a (tant qu'ils le peuvent encore), voter autrement, sinon bye bye! Un autre "exit'eur" cherche pour l'instant des chauffeurs de poids-lourds... pas cher bien sûr!

  • Posté par collin liliane, mardi 19 octobre 2021, 14:08

    Le problème est que cette signature n'est pas le résultat d'un référendum. Et que même lorsqu'il y en a qui se révèlent négatifs (comme en France ou aux Pays-Bas ), les politiques passent outre.

  • Posté par collin liliane, mardi 19 octobre 2021, 13:19

    Quand on voit le nombre de condamnations absurdes et coûteuses infligées à la Belgique par les excités de la cour européenne des droits de l'homme, on ne peut que se dire que la Pologne n'a pas entièrement tort.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs