Accueil Société

Grévistes condamnés: «Où des travailleurs peuvent-ils encore dresser un piquet?»

L’arrêt de la cour d’appel de Liège condamnant 17 membres de la FGTB est une épée de Damoclès pour les futurs grévistes. Il vient renforcer une jurisprudence défavorable aux mouvements sociaux.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Cet arrêt menace le droit de grève et de manifester dans l’espace public. Il concerne les syndicats mais aussi le monde associatif », s’alarme Thierry Bodson, qui figure parmi les dix-sept militants de la FGTB dont la condamnation a été confirmée ce mardi par la cour d’appel de Liège. Ils sont reconnus coupables d’entrave méchante à la circulation, pour avoir participé ou assisté au blocage du pont de Chératte, le 19 octobre 2015. « Demain, des étudiants qui décident d’occuper la rue pour protester encourront la même sanction », précise le président de la FGTB.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

23 Commentaires

  • Posté par dams jean-marie, jeudi 21 octobre 2021, 11:09

    Qu'ils manifestent c'est leur problème et choix :ok. Mais empêcher les autres d'aller travailler avec des menaces à la clef là cela ne va plus. En contradiction avec leur slogan défense des travailleurs !!!!! Ils ne sont là que pour foutre le bordel tirant les bacs de cara pils et jupiler derrière eux.

  • Posté par Restons Optimistes , jeudi 21 octobre 2021, 11:03

    Ces syndicalistes qui se croient au-dessus des lois. Ils sont condamnés pour détérioration de biens publics et de blocage de circulation et les voilà qui contestent cette décision et se pourvoient en appel!! On ne respecte vraiment plus rien de nos jours!!

  • Posté par Delpierre Bernard, jeudi 21 octobre 2021, 9:42

    @Giefvan Agathe, la justice dans nos pays est au service du droit et des recours sont donc possibles par quiconque se croit lésé par une décision défavorable , y compris devant la Cour de justice européenne en dernier ressort. Comme aucun droit n'est absolu dans une société civilisée, la liberté de faire grève ne peut en aucun cas empêcher celui qui ne désire pas suivre le mouvement d'exécuter librement son travail.

  • Posté par Giefvan Agathe, mercredi 20 octobre 2021, 20:21

    "La Cour d'appel a décrété..." Comme si c'était un dieu ou un ordinateur. Non ! "Tel et tel juges ont décrété...", avec leurs a priori politiques. Quand les juges se mettent au service des exploiteurs, le droit naturel autorise le citoyen à se rebeller. Que dis-je ? autorise. Il l'y contraint !

  • Posté par J.-M. Tameyre, mercredi 20 octobre 2021, 23:19

    C'est qui "les exploiteurs" ? Mais ma pauvre fille, il y a bien longtemps que ce ne sont plus "les riches" mais bien : les syndicats (et leurs réserves dans les paradis fiscaux), les intercommunales avec leurs réserves massives qui financent les investissements d'infrastructure et ton emploi, les compagnies d'assurance qui construisent des immeubles dont les loyers paieront tes dommages si tu casses ta bagnole ou si ta maison crame, les fonds de pension qui paieront ton complément de retraite, ton assurance décès qui remboursera ta maison pour ta famille ne soit pas à la rue si tu as un cancer... Bref l'exploiteur c'est *aussi* toi ! Pauvre cloche.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs