Accueil Monde

Azdine Tahiri, l’«émir» de Daesh qui cache son jeu

Suspecté d’avoir été un cadre de l’Etat islamique, fait prisonnier à Baghouz, l’Anversois d’origine n’a répondu franchement à aucune question. Il a été déchu de sa nationalité belge en 2019.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

L’entretien a tourné court. Azdine Tahiri (33 ans), jamais apparu devant une caméra, a préféré esquiver toutes les questions. Petit sourire en coin, il va jusqu’à nier l’évidence, comme son appartenance au groupe terroriste Sharia4Belgium. Originaire de Borgerhout (Anvers), Tahiri s’envole vers la Syrie fin août 2012 avec trois membres du groupe. En Syrie, il reconnaît avoir côtoyé les hommes forts du groupe, comme Hicham Chaïb. Et pourtant : « Je n’étais pas membre de Sharia4Belgium, mais ils étaient actifs dans ma région. Ils étaient actifs dans ma rue et appelaient à rejoindre l’Islam », avance l’ancien travailleur social. « Je suis parti pour un travail humanitaire. » Il affirme ensuite avoir rejoint le groupe Ahrar al-Cham, un groupe rebelle salafiste, autour d’Idlib. Une affirmation à prendre avec des pincettes. Pour le reste, Tahiri répond sans rire qu’il n’a pas eu de formation militaire, qu’il ne s’est jamais battu.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs