Accueil Opinions Éditos

Les entraves soignent mal les colères sociales

La justice l’a confirmé, il y a des limites au droit de grève et à la liberté de manifester. Mais attention à ce que ce qu’on cadenasse d’un côté n’explose pas anarchiquement de l’autre.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Cadrer les mouvements sociaux au moment où le désir d’expression, de manifestation et de contestation publiques a gagné en intensité : c’est le paradoxe devant lequel place l’arrêt de la Cour d’appel de Liège.

En confirmant la condamnation de 17 membres de la FGTB pour « entrave méchante à la circulation », la Cour renforce en effet une jurisprudence qui vise à cadenasser l’expression des colères et des oppositions pour les forcer à emprunter des chemins balisés ou, comme le disent politologues et juristes, à ne plus planter les piquets de grève qu’aux endroits prévus à cet effet.

Le message de la justice belge est d’autant plus clair qu’il adresse une mise en garde spécifique aux dirigeants des syndicats et associations diverses qui organisent et valident les actions de leurs troupes.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, dimanche 24 octobre 2021, 18:47

    Le droit de grève, c'est le droit d'arrêter de travailler, selon les prescrits légaux. Mais cela ne donne aucun droit de bloquer les autres travailleurs, aucun droit de bloquer la circulation, aucun droit de détériorer des biens privés ou publics, aucun droit de blesser ou de tuer. Et le piquet de grève est un organe d'information, qui n'a aucun droit de bloquer ceux qui veulent travailler.

  • Posté par Chalet Alain, dimanche 24 octobre 2021, 18:39

    Les syndicats semblent n'avoir plus qu'un seul rôle: attiser les colères sociales, au lieu de chercher des accords qui seraient bénéfiques pour tout le monde. En fait, leur but premier est de justifier leur existence, pour pouvoir continuer à exploiter ceux qu'ils prétendent défendre.

  • Posté par Dupont Vincienne, vendredi 22 octobre 2021, 0:17

    Empêcher des ambulances de circuler pendant des heures est honteux et les peines prononcées par la justice à vomir, comme votre édito.

  • Posté par Linard Robert, jeudi 21 octobre 2021, 6:41

    Éditorial sans contenu ni intérêt

  • Posté par J.-M. Tameyre, mercredi 20 octobre 2021, 12:37

    Cet éditorial aurait pu faire le lien avec la grève chez Logistics Nivelles qu'on va déplacer en Flandre (où les revendications sont moins nombreuses), ni avec la grève en cours chez Baxter à Lessines où les ouvriers feraient bien de comparer leur salaire avec celui de leur fonction ailleurs. Toujours pas de grève en Flandre, chez Tessenderlo par exemple. Il en serait ressorti, du comportement des gilets jaunes (tout aussi sanctionné), la nécessité de se souvenir de la grève de trop chez Caterpillar, qui a précisément précipité beaucoup de familles, prises en otages par les syndicats, dans la précarité : on ne passe pas du jour au lendemain de 4500 à 1500€/mois. Mais ça, Mme Delvaux se garde bien d'en parler !

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs