Accueil Sports Autres sports Jeux olympiques

JO 2022: la flamme olympique est arrivée en Chine pour les Jeux d’hiver de Pékin (photos)

La flamme olympique est arrivée mercredi matin à Pékin, qui accueillera les Jeux olympiques d’hiver en février 2022. Elle avait été allumée lundi lors d’une cérémonie brièvement perturbée par des manifestants pro-Tibet, et transmise mardi à Athènes aux organisateurs des JO 2022 de Pékin pour rejoindre la Chine.

Temps de lecture: 2 min

Après un allumage en Grèce marqué par des protestations de militants des droits de l’homme, la flamme olympique est arrivée tôt mercredi matin à Pékin, qui accueillera les JO d’hiver en février 2022.

Une cérémonie doit se dérouler durant la matinée dans la capitale chinoise, lors de laquelle elle sera présentée officiellement au public.

La flamme doit ensuite entamer un périple dans tout le pays, jusqu’à la cérémonie d’ouverture prévue le 4 février 2022 au Stade national de Pékin, l’emblématique « Nid d’oiseau » construit pour les JO 2008.

Des Jeux sûrs et splendides

« La Chine a pour ambition d’organiser des Jeux sûrs et splendides », avait déclaré mardi Yu Zaiqing, le vice-président du comité d’organisation de Pékin-2022.

Près de 2.900 athlètes venus de 85 pays participeront aux Jeux olympiques, qui se dérouleront du 4 au 20 février. La capitale chinoise deviendra à cette occasion la première ville du monde à organiser des Jeux d’hiver après avoir accueilli ceux d’été.

Si le parcours en Chine de la flamme olympique ne devrait connaître aucun accroc, des appels au boycott de l’événement se font entendre à l’étranger autour de la situation des Tibétains, des Ouïghours ou des Hongkongais.

Appel au boycott

Lundi, son allumage en Grèce a été brièvement perturbé par des manifestants. Ils ont tenté de déployer un drapeau tibétain et une banderole « No Genocide Games » (« Pas de Jeux du génocide ») avant d’être stoppés par la sécurité.

Lors d’une conférence de presse mardi à Athènes, des militants politiques ont par ailleurs exhorté le Comité international olympique (CIO) à reporter l’événement.

« C’est du sport blanchiment. Il n’y a aucune raison légitime d’accueillir les Jeux pendant un génocide », a déclaré Zumretay Arkin, responsable du Congrès mondial ouïghour, une organisation d’exilés ouïghours opposés à Pékin.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Jeux olympiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir