Accueil Opinions Chroniques

«Déjà vu»: Jefferson, la fin d’un rêve américain

Le racisme est devenu imprescriptible en Amérique, même pour un Père fondateur de la Nation.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

Après avoir trôné durant 106 ans dans la salle du conseil de la mairie de New York, la statue en bronze de 2 mètres de haut de Thomas Jefferson déménagera prochainement à la New York Historical Society. Ainsi en a décidé la municipalité, à l’unanimité, ce 18 octobre.

Ce n’est pas un banal officier confédéré, comme on en rencontre encore parfois dans les squares du Sud, qui vient de tomber de son piédestal. Troisième président des États-Unis, Thomas Jefferson est l’un des sept Pères fondateurs de la Nation, le principal auteur de la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis et un théoricien politique de première importance.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs